Non classé

Why on earth am I a Third Culture Kid? (1/3)

Your world doesn’t know any borders. Because your world is the World. You’re a human-combo of the most wonderful, unusual, crazy sort. You have an »ARIEL 3 in 1 pods » international-super-power that makes you absolutely unique. For better and worse, in sickness and in health! Wether you like it or not, this whole cross-cultural madness makes you outstanding. In an amazing, yet extremely weird way. One day, you litteraly feel like the less strings-attached person on earth and the most free world citizen that could ever exist. The next day, you need to check in the mirror to make sure you’re not some strange creature just landing from Mars. Any country could become your own, yet somehow you’re homeless. And alone, because you seem to fit perfectly nowhere. You have a potentially amazing life ahead of you, but sometimes this so-specialness of yours just freaks you out. Guess what, George? You’re a Third Culture Kid!

  1. OWN YOUR DIVERSITY!

Let me give you a first-completely-bonkers-cross-cultural-vibe. So, I was born and I grew up in the South of France, with parents coming from Germany and England. #WowLuckyWW2IsOverDude! (Yeah, one of the usuals.) I always laugh when considering the weird, funny and explosive mix contained in my genes. I also laugh time and time again realising how my parents don’t realise how much they actually embody the cliché of their home country: a -wonderful-caring-very-honest-punctual-well-organised-utmost-reliable-Mom and an amazing-creative-enthusiastic-polite-with-the-Queen’s-English-slightly-eccentric-Dad. Now, no one will ever wonder again how it comes I turned up to be an open, pretty weird (you can add an « AND » if you wish to), bright in colours girl, travel-freak and social animal. It was a matter of survival! Really.

Honestly, I guess you could easily film a TV-series back at our home. We never realise how weird, funny and special we actually are(somehow my family manages to be the 3-in-one, just like the ARIEL pods), until visitors come for diner or something of the sort. Then, WE REALISE. That we speak simultaneously 3 languages at the table. I mean, it’s normal, right? I speak German with my Mom, she answers in English to my Dad, he replies in English to my brother who will logically switch into French while talking to me, ’cause otherwise that would be too awkward. Note to myself: Never speak German with my Dad. #ThatsSoAkward #ABritSpeakingGermanShouldWinAnOscarJustCauseHeHasTheGutsToTry. So yeah. We’re not normal and all that stuff, but like normal people, we have secret rules, so maybe we are more normal than you think.

Another cool thing is that you get to travel a lot. So you can see different, beautiful and ugly places at the same time, all year round because there’s always someone to visit. You can also toss a coin and play at heads or tails to know which passeport you’ll take with you for the next journey. It’s fun! If you love food like I do, you’re the lucky champion, for you’ll have the possibility to try a lot of different delicious dishes! (Truly, not every British meal is poison. Eventough Christmas Pudding is uneatable. #ReadingThisMyDadWillKillMe) And when you’re facing a I-need-to-lift-my-brows-because-the-guy-in-the-street-is-so-strange-situation, you can comfortably put the pop-corn out and comment the whole scene with your parent in the language of your choosing without anyone around understanding you. Hopefully. You can also decide to be as clever and lazy as I was, and choose a lot of language classes in order to insure you a daily nap and still manage. Yeah. You have a lot of options and fun things to do. That’s true. But like tossing a coin, there’s always another side to the story…

(Let’s head to part 2… )

https://vivacite.home.blog/2019/08/16/why-on-earth-am-i-a-third-culture-kid-2-3/

Non classé

YOU DON’T HAVE TO BE A DESPERATE SINGLE!

Because it’s tough being a young woman in a society that downgrades singleness. Because there is no shame in being single, nor for wanting it to change. Because your worth doesn’t depend on what some guy might think or say to you. You are so much more! Because every season of your life is precious and we sometimes lose our joy in hoping for something better to turn up, forgetting to live the present moment to its fullest. Because you have so much worth, and the situation you’re going through has some too. Because you’re simply unique and wonderfully precious. Because the Lord has a plan for your life that is as unique and precious as you. This is for you.

I) THE LITTLE GIRL’S DREAM

I have a very clear memory of the first wedding I attended to. I was probably 9 or 10 years old. I’ll never forget how amazed I was by the beauty of the bride: brightest smile ever, a silky veil glowing down her hair, the lace of her dress making it flow like a princess’s gown. I remember thinking: “One day, I’ll get married, and I’ll be as beautiful and radiant as her”. That day one of my biggest girl’s dreams was born. Like Sleeping Beauty, it went for a long sleep, and that was a good thing.

Later, as an older teenager, all my friends had their first boyfriend, first love story, first kiss, first, first, first… Sometimes, I felt some big loneliness moments, when I compared myself to others, or when my friends did: “What! You never had a boyfriend! What is wrong with you?” My point actually is: the wrongest thing that can happen to you in that matter, (and oh I know how painful that can be) is to let comparison make you doubt of who you are, and allow it to lower your self-esteem, destroy your self-confidence. When, because of others, a “there-must-be-something-wrong-with-me” thought pops up, you should seriously consider pressing on the “wait-a-minute- button”!

I’m seriously not an expert when it comes to relational or marital knowledge, but I can sincerely state the sayings of several married women I know, or quote different books on the topic. All together agree on the fact that you immediately need to get rid of the cliché presenting love relationships and then marriage as THE ultimate solution to ALL your problems. It won’t magically erase your struggles or your battles. It might even make them tougher to deal with, because all of the sudden, you will care about someone else than just yourself. The real questions we should ask ourselves are the following: Why do I have this desire that can’t wait to meet somebody?

What secret and implicit expectations do you have for your future somebody? Is it possible that you expect of a relationship to actually fill an inner void? This need to feel loved no matter what? To feel accepted, once and for all? Or, are all the others getting engaged or married, and you feel like you’re the only idiot that is left single? Do you see a relationship as the unique means to find that long-sought happiness? Or do you wait for some guy to give you the self-confidence you don’t have ? Do you need to hear from someone how beautiful, unique and precious you are?

Can you relate? If yes, that’s completely okay. Let me tell you honestly that I’m struggling with the same issues than you. We’re at least two ladies in that pretty mess. Reassuring, right? Know, that there’s nothing wrong in needing words of affirmation. We all need foundations in our lives. BUT. The WHOLE POINT is about WHO you’ll give the permission to say those things to you. It’s crucial because it will influence the following course of events in your life. There’s nothing wrong about wanting to meet your special person. We all have desires, and this is a legitimate one. So it’s OK. BUT. WHAT you do with your desires, and to WHOM you’ll open the door, that’s what it’s all about.

God created us all as free beings, so really, it’s up to you to accept or ignore what I’m about to say. It’s absolutely vital, for us, single young women to understand that the ONLY person that can change our DESPERATE SINGLENESS into a JOYFUL ONE, IS GOD HIMSELF, our wonderful Creator. The only one able to make us understand how unique and wonderful we are, is God. All you need to hear, He can say to you. The point is: will you let Him do that?

II) THE GREATER DREAM

I have a far bigger dream, than my little girl’s one. The bigger dream, deep inside of me and probably inside of you too, is to please God, before to please to men! To become this woman according to God. And this begins by listening and knowing what He thinks of me, of you! So. Let’s get started!

1) You are unconditionally loved! The Lord appeared to us in the past, saying: “I have loved you with an everlasting love;
I have drawn you with unfailing kindness. »
Jeremiah 31. 3

2) You are precious ! « Since you are precious and honored in my sight,
    and because I love you… »
Isaiah 43.4

« For this is what the Lord Almighty says… For whoever touches you touches the apple of his eye. » Zechariah 2.8

3) You are beautiful ! « I thank you, High God – you’re breathtaking! Body and soul, I am marvelously made! I worship in adoration – what a creation! » Psalm 139.14 (The Message)

Come on, what a creation ! Just to emphazise that point, let me add a few picks of different Bible versions :

« I am fearfully and wonderfully made. » (New International Version)

« I was marvelously set apart » (Common English Bible)

« You made me in an amazing and wonderful way » (New Century Version)

« I have been remarkly… made. » (Christian Standard Version)

« I am awesomely made. » (Complete Jewish Bible)

4) You have a future ! « See, I am doing a new thing!
  Now it springs up; do you not perceive it?
I am making a way in the wilderness
and streams in the wasteland. 
» Isaiah 43.19 (NIV)

« Trust in the Lord with all your heart
    and lean not on your own understanding;
in all your ways submit to him,
    and he will make your paths straigh. 
» Proverbs 3 5-6 (NIV)

5) You are not alone !
« Jesus said : . And surely I am with you always, to the very end of the age. » Matthew 28.20

« My God on whom I can rely. God will go before me… » Psalm 59.10

« You go before me and follow me.
    You place your hand of blessing on my head. »
Psalm 139.5

6) You are able ! « I can do all things through [a]Christ who strengthens me. » Philippians 4.13 (NKJV)

III) GIRL, MAKE THE MOST OF YOUR JOYFUL SINGLENESS!

Let’s be honest for a moment, shall we? I’m the first idiot to come to God and mumble around, hoping to obtain secret details about my future special person. So, first of all, please, don’t do that. It’s stupid, a waste of time and completely fruitless. So, don’t bother. Actually, we should face the facts. When the right moment will come, the right person will bump into you. So. If the right person didn’t bump into you yet, that simply means it’s not the right timing yet. Ouch. That hurts.

Promise me, O women of Jerusalem, by the gazelles and wild deer, not to awaken love until the time is right.” Song of Solomon 2.7 (New Living Translation) Rather than showing impatience, we should be clothed in faith and patience. “In quietness and in confidence shall be your strength.” Isaiah 30.15 (AKJV)
For we know, as an unshakable assurance, that “God makes everything happen at the right time. » Ecclesiastes 3.11 (Contemporary English Version) / « He has made everything beautiful in its time.. » (New International Version) This means that “To every thing there is a season, and a time to every purpose under the heaven.” (v.1), including “a time to love” (v.8).

So, friend, rather than shout out of impatience, let us shout to the Lord (« all the Earth let us sing, power and majesty, praise to the King ») and pour out our praise ! Let’s thank the Lord for this unique season he’s giving us. A season to learn, to grow, to get rooted deeper in our faith, to get to know Him better and better. God has already prepared a path for us, He shows us the way. Nevertheless, there are things you and I need to learn. It will probably be challenging and tough at times. But let us take heart, for we know it will be sooo much worth it ! And let us remember how important it is to be more and more the godly woman God wants us to be, as the one described in Proverbs 31  (here v 10) : « Who can find a worthy woman? For her price is far above rubies. » (New Heart English Version).

Let’s have a look at what « a worthy woman » according to the Bible, and thus pleasing to God, looks like :
« She is clothed with strength and dignity; she can laugh at the days to come. » (v.25, NIV) « She speaks with wisdom, and faithful instruction is on her tongue. » (v.26 NIV) « She dresses herself with strength and makes her arms strong. » (v.17,ESV) « She opens her arms to the poor and extends her hands to the needy. » (v.20, NIV)
« She has no fear of winter for her household, for everyone has warm clothes. » (v.21, NLT)

The first time I read that, it made me feel utterly incomplete and soo far from the goal, which is actually the case. Ouch. Some tricky business ahead, if you try it with your own strength. Sorry to already inform you, but all your attempts to manage alone will fail. I’ve been there so many times! We’re not called to casually manage « me, myself and I ». We’re called to partner with God, to enter into a Father/Daughter relationship, a purpose-giving, life-changing one. As this one grows, our part to play is to allow Him to transform us from the inside out. Only He can do it. This is why He alone is worthy of all the glory and the praise. What matters most importantly to God is not how beautiful, how successful, how kind or gifted we are. It’s the (v.30, NIV) : « woman who fears the LORD (that) is to be praised. » , a person that comes with a pure and open heart, devoted to listen and follow Him.


My prayer is that we stay focused on what God sees as a true woman’s beauty, as described in 1 Peter 3 v.3-4 : « Your beauty should not come from outward adornment, such as elaborate hairstyles and the wearing of gold jewelry or fine clothes. 4 Rather, it should be that of your inner self, the unfading beauty of a gentle and quiet spirit, which is of great worth in God’s sight. »

First and foremost, let us keep God in the center of our hearts, minds and concerns. The point of our whole lives is to put Him first and to honor Him with our words, thoughts and actions. Let’s make of the pursuit of His will, the deepening of our knowledge of God and our relationship with Him our utmost priority. Believe that the season you’re in, is unique and precious. And it’s a necessary one ! ! So, make the most of it ! It’s a time that God can use purposefully to prepare you for your calling, or a future relationship but that last bit shouldn’t become your goal. You should aim at becoming more and more the woman God has created you to be, and focus on what you can do to honor and obey Him.

Please. Make (or re-make) the CHOICE TODAY to listen to the Lord and let Him tell you WHO you are and WHAT your worth is, rather than some good-looking guy that will tell you nice things. It’s hard, it’s tough ! I’ve been through this too. But never forget, you are NOT ALONE in this. You have the God of the whole universe, the King of Kings, the Lord of Lords, and the best friend that could possibly be, ON YOUR SIDE !

Take heart girl, and stay blessed !

Christina

Non classé

Une histoire de vaisselle

Je n’ai jamais aimé faire la vaisselle. Franchement, qui aime ça ? Mais toi, ça ne t’a jamais dérangé. Je me rappelle la grimace que j’ai tiré lorsqu’un jour, tu m’as dit que tes frères voulaient t’offrir un lave-vaisselle pour ton anniversaire, mais que tu avais catégoriquement refusé. Et je n’arrivais pas à comprendre. Mais maintenant des années plus tard, je comprends.

C’est drôle qu’un robinet de cuisine me fasse penser à toi. Aujourd’hui, j’ai réalisé que c’est la première fois que j’ai fait la vaisselle de mes propres mains dans ta maison. Pas que je ne proposais pas mon aide, mais tu étais à chaque fois là dans les parages pour m’arracher l’éponge des mains dès que je m’aventurais dans la cuisine, et que tu me disais que ce n’était pas à moi de le faire.
Aujourd’hui, tu n’es plus là dans les parages, et personne ne va venir m’arracher l’éponge des mains.

D’un coup, j’ai compris. Pendant trente ans, c’est toi qui te retrouvais exactement en face de ce même robinet de cuisine, la lumière apparaissant par la fenêtre pour illuminer tes cheveux blancs. Seule, tu étais. Tes enfants étaient grands. Seule. Ton mari partait la semaine travailler loin d’ici. Et il n’y avait qu’une personne dans le public pour acclamer le ballet de casseroles et d’assiettes venant s’empiler. Toi. Et tu le faisais sans rechigner. Parce qu’il y avait cette mélodie dans ton ADN, qui chantait et qui chantait sans même que tu ne t’en rende compte :
«Je vais donner, donner.
Sans jamais cesser.
Ce qui de joie me rempli
C’est sur leurs lèvres, ces sourires »

Un jour, en faisant la vaisselle, tu m’as confié le secret, à l’origine de ton refus de posséder un lave-vaisselle. Ça m’a foutu par terre. Tu m’as dit :

« Si j’avais un lave-vaisselle, il suffirait de vider et remplir la machine. Et ce serait bouclé en 3 minutes. Mais faire la vaisselle à la main, ça prend du temps. Rincer, laver, sécher. Tu ne peux pas te défiler, tu es obligé de le faire. Quand j’avais ton âge, à la maison, il y avait des piles de vaisselles immenses à faire. On ne pouvait pas se défiler. On étaient obligées de le faire. Et figure-toi, que c’est au milieu des bulles de savon et des tas d’assiettes et de couverts, que ma mère et mes sœurs, on pouvaient discuter. Se raconter toutes sortes d’histoire. Ces moments n’auraient jamais existés, si nous n’avions pas étés dans un premier temps coincées dans une cuisine à faire la vaisselle. Si j’avais un lave-vaisselle, il y a plein d’histoires que toi et moi, on n’auraient jamais pu se raconter. Si j’achetais un lave-vaisselle, tous ces moments seraient perdus. Et ça, je ne peux l’accepter. Alors, je refuse. Je me remonte les manches et je fais ce qui a besoin d’être fait. »

Je ne savais pas qu’on pouvait refaire le monde autour d’un robinet de cuisine, de bulles de savon, et de tas d’assiettes et de couverts. Je ne savais pas non plus qu’arracher l’éponge des mains de sa petite-fille pouvait être une preuve d’amour, disant par des actes «ma chérie, laisse-moi prendre soin de toi ».

Aujourd’hui je suis si reconnaissante pour ces heures que j’ai pu passée dans la cuisine à tes côtés. Toi à faire la vaisselle, et moi m’incrustant auprès de toi pour sécher. Pour donner, donner. Pour refaire le monde et se raconter des histoires.
Dont une, juste comme celle-là. ❤

Non classé

PASSER DU DÉSESPEREMMENT AU JOYEUSEMENT CÉLIBATAIRE!

Parce que, oui, c’est dur d’être une jeune femme seule dans une société qui dénigre le célibat. Parce qu’il n’y a pas de honte à être célibataire, et parce qu’il n’y a pas de honte non plus à vouloir que ça change. Parce que ta valeur ne dépend pas d’une potentielle relation. Parce que chaque saison de ta vie est précieuse, et que nous perdons parfois notre joie en espérant mieux, sans vivre l’instant présent pleinement. Parce que tu as de la valeur et que la situation actuelle que tu es en train de vivre en a aussi. Parce que tu es unique et précieuse. Et que le Seigneur a un plan aussi unique et précieux que toi pour ta vie. ❤

I) LE RÊVE DE PETITE FILLE PUIS DE JEUNE FEMME

Je me rappelle du premier mariage auquel je me suis rendue. Je devais avoir neuf ou dix ans. Je n’ai jamais oublié la fascination qui fut la mienne lorsque je découvris la beauté de la mariée: le sourire radieux de ses lèvres, le voile poudreux au-dessus de ses cheveux, la dentelle de sa robe, la jupe aussi vaporeuse que celle d’une princesse. Je me rappelle m’être dit: « Un jour, je serais une mariée, et je serais aussi belle et aussi radieuse qu’elle » sans même réellement comprendre ce qu’était le mariage, ni quel engagement cela représente. Ce rêve est né ce jour-là puis s’est rendormi tandis que je grandissais. Et c’était très bien comme ça.

Plus tard à l’adolescence, allez, dans les seize, dix-sept ans, à l’âge où toutes mes amies avaient leur premier copain; avec le premier bisous, le premier émoi amoureux, le premier, le premier… Quel sentiment de solitude j’ai pu rencontré lorsque le regard des autres se posait sur moi, lorsque mon propre regard se posait sur moi: « Quoi? Tu n’as jamais eu de copain? T’es bizarre toi! » À partir du moment où ce genre de petites remarques t’amène à douter de toi-même, à penser qu’il-y a-quelque-chose-qui-ne-va-pas-avec-toi, que tu es différente ou des choses dans ces eaux-là, appuie sur le bouton d’alarme!

Je ne suis pas bien calée sur le sujet, mais de nombreuses femmes mariées avec lesquelles j’ai pu parler, ou desquelles j’ai pu lire des ouvrages, disaient qu’il faut immédiatement briser le cliché présentant la relation amoureuse et a fortiori le mariage comme LA solution à TOUS les problèmes. Ce qu’il faut de toute urgence analyser chez soi, c’est POURQUOI il y a cette envie qui n’attend plus de rencontrer quelqu’un. Quelles attentes secrètes et implicites avons-nous envers LA personne?

Est-ce possible que tu attends d’une relation future de combler un manque intérieur que tu ressens? Est-ce que tu penses que c’est la relation qui va t’offrir le bonheur que tu cherches tant? La confiance en toi qui te manque parfois? Te donner cette impression que la Vie est inconditionnellement belle et que tu as pleinement ta part à jouer? Te prouver à quel point tu es belle, à quel point tu es unique, à quel point tu es précieuse? Tu sais, je suis mal placée pour te dire « haha, je t’ai cramé! » Moi aussi, toutes ces choses, j’ai besoin et j’ai envie de les entendre. Il n’y a rien de mal à avoir besoin de paroles d’affirmation, on a tous besoin de nous fonder sur quelque chose. Cependant, c’est la personne à qui tu vas laisser le soin de te dire toutes ces choses, qui va définir la suite. Il n’y a rien de mal à vouloir rencontrer quelqu’un. Nous sommes des êtres de désir et c’est un souhait légitime. C’est entièrement O.K. Mais c’est ce que nous faisons de ces désirs, et qui nous laissons entrer qui va en déterminer les conséquences.

Chacun est libre. C’est un de mes principes premiers, ainsi es-tu totalement libre d’accepter ou d’ignorer ce que je m’apprête à dire.Ceci étant dit, il est cependant capital, pour nous les jeunes femmes seules de comprendre que la seule personne qui peut transformer notre désespérément-célibataire en joyeusement-célibataire, c’est notre merveilleux Créateur, Dieu. Celui qui peut nous faire durablement comprendre à quel nous sommes uniques et précieuses, c’est Dieu. Tout ce que tu as besoin d’entendre, c’est Lui qui peut te le dire… La question est surtout: vas-tu le laisser te dire ces choses?

II) LE RÊVE ENCORE PLUS GRAND

Le rêve encore plus grand: plaire à Dieu, avant de plaire aux hommes! Devenir cette femme selon Dieu. Cela passe aussi par écouter ce que Lui pense de moi. S’il te plaît, écoute ce qu’Il pense de toi!

1) Tu es inconditionnellement aimée!
« De loin l’Eternel se montre à moi: Je t’aime d’un amour éternel; C’est pourquoi je te conserve ma bonté. » Jérémie 31.3

2) Tu es précieuse!
« Parce que tu as du prix à mes yeux, Parce que tu es honoré et que je t’aime. » Ésaïe 43. 4 « Celui qui vous touche, touche la prunelle de mon œil. » Zacharie. 2:12.

3) Tu es belle!
« Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse. Tes œuvres sont admirables, Et mon âme le reconnaît bien. »
Psaumes 139.14

4) Tu as un avenir!
« Voici, je vais faire une chose nouvelle, sur le point d’arriver : Ne la connaîtrez-vous pas ? Je mettrai un chemin dans le désert, Et des fleuves dans la solitude. » Esaie 43.19
« Confie-toi en l’Éternel de tout ton cœur, et ne t’appuie pas sur ta sagesse ; reconnais-le dans toutes tes voies, et il aplanira tes sentiers.
– Proverbes 3: 5-6

5) Tu n’es pas seule!
« Jésus leur dit: Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. » Matthieu 28.20
«Ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi… ». Galates 2.20
« Tu es ma force, je regarde vers toi.
Oui, Dieu me protège avec puissance.
 » Psaumes 59.10

6) Tu es capable!
« Je puis tout par celui qui me fortifie. » Philippiens 4.13
Autre version : « je suis capable de tout cela grâce au Christ qui me rend fort. »

III) VIS TON JOYEUX CÉLIBAT A FOND!

Soyons sincères. Je suis la première à marmonner auprès de Dieu, dans l’espoir de quémander quelques informations à propos de la personne qu’il a destiné pour moi. Premièrement, si c’est possible, ne fais pas comme moi. Je n’ai pas spécialement eu de réponse. Sachant que si le bon moment est arrivé, la bonne personne arrivera. Si la bonne personne n’est pas encore arrivée, cela signifie bien que ce n’est pas encore le bon moment (et bim!!)

« Je vous en conjure, filles de Jérusalem, Par les gazelles et les biches des champs, Ne réveillez pas, ne réveillez pas l’amour, Avant qu’elle le veuille. » (Cantiques des Cantiques, chapitre 2, verset 7.) Au-lieu de montrer de l’impatience, faisons preuve de foi et de patience! Ayons confiance que Dieu, « il (a) fait toute chose belle en son temps » (l’Ecclésiaste 3, verset 11) Cela signifie qu' »Il y a un temps pour tout, un temps pour toutes choses sous les cieux » (verset 1), notamment « un temps pour aimer » (v.8)

Au-lieu de mugir d’impatience, loue le Seigneur pour ce temps unique qu’il te donne! Je suis la première à mugir, c’est pourquoi nous devons toutes deux remercier le Seigneur pour les voies qu’Il a préparé pour nous, et lui laisser la place d’agir comme Il lui est agréable. Il prépare le chemin, il trace la voie. Cependant, il y a des choses que toi et moi, nous devons apprendre. Et c’est assez embêtant, et quelque part un peu réconfortant de savoir qu’on a sacrément du pain sur la planche, ma poulette! Je pense, en grinçant des dents certes, à la femme de valeur, décrite dans Proverbes 31, la femme qui est selon le Seigneur: « Qui trouvera une femme de valeur? Elle vaut bien plus que les perles. » (v.1)

-« La force et l’honneur, voilà ce qui l’habille.
Elle rit en pensant à l’avenir. » (v.25)

-« Elle ouvre la bouche avec sagesse
et un enseignement plein de bonté est sur sa langue. » (v.26)

-« Elle veille à la bonne marche de sa maison,
elle ne mange pas le pain de la paresse. » (v.27)

-« Avec la force en guise de ceinture,
elle affermit ses bras » (v.17)

« Elle ouvre ses bras au malheureux, elle tend la main au pauvre. » (v.20)

« Elle ne redoute pas la neige pour sa famille,
car chacun y est habillé de cramoisi. » (v.21)

En résumé, au verset 30,  » c’est de la femme qui craint l’Eternel qu’on chantera les louanges. »

Ma prière est que nous puissions devenir la femme décrite dans 1 Pierre 3. versets 3 à 4:
« Ayez, non cette parure extérieure qui consiste dans les cheveux tressés, les ornements d’or, ou les habits qu’on revêt, mais la parure intérieure et cachée dans le cœur, la pureté incorruptible d’un esprit doux et paisible, qui est d’un grand prix devant Dieu. »

Faisons de notre joyeux célibat un temps consacré à notre relation avec Dieu. Faisons notre priorité première la recherche de Sa volonté, l’approfondissement de notre connaissance de Dieu et de notre relation avec lui. C’est un temps unique et précieux! Comme toi! Ainsi, faisons de ce temps, un bon usage! Qui peut te préparer pour ta future relation, mais plus encore, pour la femme de Dieu que tu veux être! Laisse le Seigneur définir ta valeur et non pas le premier homme qui te contera fleurette! Pour l’avoir vécu, c’est dur de résister aux belles paroles de flatteries! Mais plus tu te centreras sur Dieu, et plus, c’est à lui seul que tu donneras la permission de dire Qui tu es, ce que tu vaux et qui te mérite!

Sois bénie, sœurette en Christ!

Christina

Non classé

Le bleu de ses yeux

Pour une femme forte, qui a bien des histoires à nous raconter. Christina

Il y a bien longtemps, elle a fuit son pays
Tenter de se sauver de cette galère de maladie
C’est arrachée, complètement déracinée,
Comme entre deux mondes échoués
Que l’ancre de sa vie
N’a su vers quel horizon se tourner

Passée de lieux en lieux
Avec toujours en tête
Cet espoir, cette lancinante quête
Qu’au bout du chemin
Elle finirait bien par trouver mieux.

Ce pas de foi, cette espérance créatrice
Croyant qu’aucun désert, ne peut indéfiniment cacher son oasis.
Cette force nébuleuse de privilégier le petit soupçon de lumière
Noyé dans un océan de ténèbres, aussi profond qu’une centaine de mers.

Et les années ont fini par s’écouler
Le temps commençant à manquer
La houle des vagues, sans pitié,
Contre elle, contre sa famille, s’est déchaînée.
Ces épreuves; son visage, ont marqués
L’ailleurs tant désiré, ses forces, ont épuisé.

Eternelle optimiste; guerrière de la première journée
Elle semble désormais au bout son combat,
Un jour, elle se tenait debout, remplie d’impétuosité.
Aujourd’hui, c’est à peine, si elle esquisse quelques pas.

C’est une femme épuisée, que j’ai l’honneur de rencontrer
S’épargant la peine de cacher les cicatrices que la vie lui a infligée
Brisée, déchirée, déracinée, mais jamais désarmée

Puis, d’un coup le plongeon se fait, étrangement silencieux
Je suis confrontée à l’épreuve de son regard
L’étoile, l’océan, la luminescence d’un phare
Je vois, je vois; le bleu, le bleu de ses yeux.

Ce bleu m’explique que notre malheur est de tout prendre pour acquis
Ce bleu me chuchote que nous avons perdu les clés de la joie de vivre.
Ce bleu me dit de garder fermement l’espoir attaché à mon coeur
Ce bleu me confie qu’espérer, c’est croire que le soleil sera toujours vainqueur.

Le bleu, le bleu de ses yeux me raconte son histoire
Le bleu, le bleu de ses yeux me dit que le secret, c’est de ne plus avoir peur du noir.
Le destin de cette dame
C’est ce sacré bout de femme!
Jardinière, dont la générosité est le plus beau des prénoms
Elle répand dans la vie de ses proches, sans aucune concessions
Dans une ode inconsciente à la beauté de la vie et de ses couleurs,
L’infinité, la force, l’Éden qu’il y a dans son cœur.

Non classé

Aaah-venir

Aujourd’hui, j’aimerais lancer un mot d’espoir à tous ceux qui ont la boule au ventre en pensant à l’avenir, à tous ceux qui ont le popotin entre deux chaises au sujet de leurs études, leur boulot, leur futur. Pour les sceptiques, les paniqués, les jaloux d’autrui, les flemmards… Cet article est pour vous! Alors, Jean-Fernand, allons-y!

Est-ce que toi aussi, tu as parfois cette fâcheuse tendance de comparer ta vie à celle des autres? Fais-tu aussi ce constat amer que la vie des autres semble être calibrée juste comme il faut, réglée parfaitement comme du papier à musique? Et que naturellement, le seul bouffon restant dans l’arène, auquel l’existence ressemble à un pur désastre ou un fiasco sans nom, c’est toi? Si tu te reconnais dans ces quelques phrases et qu’il y a ce sourire émanant malgré toi sur ton visage, mi- gêné d’être démasqué(e), mi- soulagé d’être compris(e), accroche-toi, on va discuter toi et moi!

À la minute où je te parle, je suis moi-même dans un bien drôle de bateau: je me suis peut-être plantée dans le choix de mes études. Naturellement je m’en rends compte trop tard car les dates de réinscription sont passées, et c’est la fiesta à bord! A certains moments, le naufrage semble assuré, puis parfois, l’horizon se fait soudain plus clément, et c’est en mode « oh pagaie, oh pagaie, on va bien y’arriver » Pour moi, c’est les études, pour toi, ça peut être cette frustration remise à chaque fois sous le tapis, en voyant combien les autres parviennent à superbement s’en sortir: Premier appart’ pour tes potos mais c’est qui le zigoto qui vit encore chez ses parents? (c’est moi!) La terre entière est en couple, mais le seul idiot qui est encore célibataire, c’est moi/toi! Le commun des mortels parvient à trouver sa voie professionnellement avec panache mais l’unique clampin (signifie « soldat retardataire, écloppé, traînard », ça me semble en plein dans le thème, quelle heureuse surprise!) qui parvient à se planter de route, c’est toi/moi!

Aujourd’hui, je veux te dire que tu n’es pas seul(e). Je vais être honnête avec toi: écrire cet article est aussi pour moi une thérapie anti-panique, d’où le ton de grande auto-dérision que tu peux remarquer, qui est pourtant salvateur, crois-le! Alors, déjà nous sommes deux dans le bain, c’est chouette non, tu viens de trouver un compagnon-de-galère (plus on est de fous, mieux on rit!) Un jour, un imbécile dans un dessin animé s’est écrié: « La bonne chose quand tu touches le fond, c’est que la seule chose qui te reste à faire, c’est de remonter à la surface:« . Cette phrase est d’une idiotie sans nom et pourtant elle est vraie. Histoire de faire une référence un peu plus glorieuse et sans doute un tantinet plus poétique, Oscar Wilde disait: « Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles » Cela permet de relativiser: il y a pire que s’être planté(e), que manger la terre car on s’est ramassé. C’est pas chouette, ça fait mal au séant c’est vrai. Mais Dieu va transformer ton K.O en un O.K.

Que faire pour cesser du broyer du noir? Faisons ensemble la liste des choses que nous devrions faire, mais que nous ne faisons pas (moi la première, oupsala!)

  1. C’est O.K d’être K.O!

Une des raisons pour lesquelles je n’osais pas m’avouer que mes études ne me plaisaient pas franchement comme je m’y attendais, c’est parce qu’il y avait cette pression sociale (exercée consciemment ou pas, par le monde qui nous entoure) de devoir réussir. Réussir du premier coup, faire un sans-faute, ne pas regarder en arrière, foncer pour gagner! Ca, c’est la mentalité de notre société. Bien trop souvent malheureusement, et pour preuve, je suis la première concernée, nous nous laissons rabaisser par cet idéal, simplement parce qu’on ne parvient pas à s’y conformer. Nous vivons dans une société du manichéen, du tout ou du rien, du noir ou du blanc. Sans milieu, sans entre-deux possible. Soit ta vie est un succès, soit elle est un échec. Aucune nuance! Jean-René, que nous soyons clairs c’est littéralement inhumain de se conformer à un standard que dégun peut atteindre! Je sais que tu ne l’entends pas souvent, mais c’est O.K d’être perdu(e). C’est O.K de se tromper, de ne pas savoir, d’hésiter, d’être découragé, de douter sur ton avenir. N’étouffe pas comme j’ai pu faire ces sentiments contradictoires. Reconnais-les, sans les laisser te submerger! Parfois, nous avons besoin de traverser un processus dans sa totalité avant de voir une issue. Il faut faire avec, sans rien lâcher. (A réaliser dans la pratique, c’est moins du gâteau, je confirme!)

Une autre infamie de notre société, c’est ce besoin de rapidité, tout faire en vitesse, en temps et en heures. Je sais que parfois une échéance pour x ou pour y, est une source de stress supplémentaire. Mais entre nous Jean-Mi (je me permets) ce n’est pas en faisant vite, qu’on fera bien! Toi, et moi, laissons-nous le temps de nous poser. Véritablement! Rien ne presse! A part ce besoin de se poser! Tu ne veux pas exploser en route, tout de même? Alors souffle, Jean-Germain, pète un bon coup, ça libère!!

Juste un dernier plaidoyer: être K.O ne signifie pas être faible! On vit avec cette pression de toujours devoir nous mettre sur notre trente-et-un, faire preuve de force, de caractère, de détermination, de constance dans nos choix. Traverser une phase de « désert », d’incertitudes, de questionnements, ne remet certainement pas en cause qui nous sommes, ou ce qui nous faisons. Se laisser la liberté de « recalculer l’itinéraire » c’est justement faire preuve de suffisamment de courage pour affronter un moment de vide!

2. Dieu va transformer ton K.O en O.K!!!

Un pasteur venu prêcher dans mon église dernièrement a dit une chose absolument énorme: nous devons de toute urgence voir notre vie de façon réaliste et visualiser Dieu au sein de cette vie! Visualiser Dieu en entier dans notre vie, c’est permettre à l’entièreté de Sa lumière de pénétrer dans notre existence, afin d’enlever tous les monticules sombres de doutes, de peur, d’incertitudes, d’hésitation! Le grand binz chez nous, c’est que nous nous consultons nous-même avant de consulter Dieu! La vérité, c’est qu’il ne peut y avoir qu’un seul capitaine sur notre bateau: Dieu ou nous. En plaisantant, j’écrivais au-dessus qu’il m’arrivait parfois de pagayer toute seule dans ma barque, en mode « oh pagaie, oh pagaie, on va bien y’arriver« . Cet exemple illustre bien comment tenter de régler les choses par notre propre force, peut mener notre vie à être perçue comme un désastre, un fiasco. Laissons Dieu être notre capitaine!!

Je nous lance un défi: recentrer toutes les pensées que nous accordons à la peur, à l’incertitude, sur Jésus-Christ!!! Il est écrit, à ce propos dans la Bible: « Que votre cœur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi. » Jean 14.1 C’est-à-dire de ne plus céder à la peur, mais de céder à l’amour parfait de Dieu pour nous!!

Cela passe par la prière, notre moyen direct de communication avec Dieu: « Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ. » Philippiens 4 6-7. Ainsi, en passant du temps dans la prière, nos craintes disparaissent. Nous voyons les choses différemment, Dieu peut nous offrir Sa sagesse et Son discernement, que nous pouvons demander en priant. Soyons encouragés en nous rappelant ce que Dieu: « Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Eternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance. » Jérémie 29.11

WOOW! Dieu nous offre un avenir!! Un futur qu’Il a préparé spécialement pour toi, uniquement pour toi!! Il te permet d’espérer, d’être dans la joie, de savoir que peut-importe ce que tu traverses « Que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. » Romains 8.28. Peut importe ce qui se passe, la finalité sera bonne pour toi, cela signifie que ça en vaudra la peine!

C’est pour cette raison merveilleuse que David s’écrie dans Psaumes 23.6: « Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront Tous les jours de ma vie… «  Nous avons une raison d’espérer, de croire, d’avoir de l’espérance! Car nous la trouvons en Dieu, la source de tout ce qui est! De plus, « le péché ne sera plus votre maître puisque vous n’êtes plus sous le régime de la Loi mais sous celui de la grâce. » Romains 6.14. Il introduit une notion merveilleuse, la grâce! La grâce, don de Dieu, qui nous entoure, nous couvre de notre péché, nous dit que nous n’avons pas besoin de faire, ni de montrer, ni de prouver, ni de performer mais que par notre seule foi en Jésus-Christ, nous sommes assez, nous sommes acceptés, nous sommes aimés! SOLA GRATIA!!! WOOOOOOOOW!!!!!!!!

Et n’oublions pas que rien n’est à propos de nous, tout est à propos de lui, car « C’est de lui, par lui, et pour lui que sont toutes choses. A lui la gloire dans tous les siècles! Amen! » Romains 11.36 Cela signifie donc que « Pour nous il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui sont toutes choses et par qui nous sommes. » 1 Corinthiens 8.6.

Notre existence entière est faite pour Le louer, le glorifier, lui rendre honneur. Veillons, moi la première, à lui faire sentir un parfum de bonne odeur par nos actions et nos attitudes. Tout est à propos de Lui. Quelle bénédiction de pouvoir le servir. Nos jours sont entre ses mains, notre avenir pour lui. Il nous a promis le meilleur, faisons lui confiance, honorons le en lui confiant la plus belle chose devant nous: notre avenir. Par cet acte, nous témoignons qu’Il est plus grand que nos problèmes et nos inquiétudes, que sa main souveraine prend soin de nous « A toi, Eternel, la grandeur, la force et la magnificence, l’éternité et la gloire, car tout ce qui est au ciel et sur la terre t’appartient; à toi, Eternel, le règne, car tu t’élèves souverainement au-dessus de tout!… » 1. Chroniques 29, 11-12

Ainsi, je veux t’encourager, et moi, par la même occasion, à Lui faire confiance. En finissant, j’aimerai te poser une dernière question, Jean-Mi, feras-tu aujourd’hui comme moi ce choix difficile mais tellement digne, de lui confier ton avenir plutôt que d’essayer de te rafistoler un futur à peu près luisant, en gaspillant ton temps en inquiétudes inutiles? Feras-tu le choix de t’attendre à Dieu, de Le laisser te surprendre de façons absolument inédites, inouïes et merveilleuses? Il a tellement de belles choses en réserve pour toi! Amen!

Pluie de bénédictions sur toi 🙂

Christina

Non classé

TU VIVRAS

Mon cœur se brise encore et encore quand je pense à ton absence. C’est dingue car je sais mais je ne comprends pas. Toujours pas. Je n’arrive pas. Je ne veux pas. Je ne sais pas comment faire, donnez moi le mode d’emploi.

Tu sais, le plus dur c’est de se dire que tu n’es plus là, qu’on ne se reverra pas sur cette terre (mais je sais que nous nous reverrons, dans un lieu encore plus beau que celui-ci) Ma crainte c’est de faire face à ton absence, de confronter le manque de toi, le toiser du regard, le scruter dans le blanc des yeux.

Oma, tu sais, tu vivras. Je sais que tu le sais, mais tu vivras. Tu vivras parce que je t’aime. Tu vivras parce qu’il est hors de question que je ne crie pas sur tous les toits combien je t’aime. Tu vivras parce qu’on te connaîtra, on entendra parler de toi, de ton sale caractère, de ta franchise coupant un arbre en deux, de ta générosité sans concessions, de ta force faisant paraître le commun des mortels comme des faibles, de ton courage dont tu ne t’es jamais vantée, de tes doigts féeriques faisant de rien toute une abondance, de ta créativité colorée, de ce maître mot que tu n’as jamais énoncé mais que tes actes ont montré, disant de vivre à profusion, d’aimer avec extravagance, de faire le maximum, donner de son mieux, d’agir en donnant tout ce qu’on a dans les tripes. De déverser son cœur entier dans chacune de nos actions. De la plus grande à la plus insignifiante. De penser aux autres avant soi même.

Tu vivras. Tu vivras dans mes souvenirs, dans mes pleurs et dans mes rires. Tu vivras dans mon amour de la vie et dans ma joie de vivre. Tu vivras dans la beauté de l’instant présent et la force inébranlable du passé.
Dans la mélodie de mon âme, dans le fouillis de mon cœur. Tu vivras. Tu vivras. Ne t’inquiètes pas. Tu vivras. Je vivrai pour deux s’il le faut mais tu vivras.