Non classé

L’antidote de la peur

Il y a des tonnes et des tonnes de versets dans la Bible qui montrent que Dieu est présent dans nos pires moments, même quand on ne le voit pas. Nous a tous été confrontés à la peur, à l’angoisse, face à des situations où on avait pas le contrôle. De l’Ancien, jusqu’au Nouveau Testament, il nous est montré que Dieu répond. Il est fidèle. Il ne change pas. Il est présent. Son amour parfait chasse toutes craintes.

Ancien Testament

« Ne te l’ai-je pas prescrit: sois fort et courageux? Ne tremble pas, ne te laisse pas abattre, car le Seigneur, ton Dieu, sera avec toi partout où tu iras. » Josué 1.9

« Si tu traverses les eaux, je serai avec toi; Et les fleuves, ils ne te submergeront point; Si tu marches dans le feu, tu ne te brûleras pas, Et la flamme ne t’embrasera pas. Car je suis l’Éternel, ton Dieu. » Ésaie 43 2-3

« En paix, je me couche et aussitôt je dors, car toi seul, Seigneur, tu me fais vivre en sécurité. » Psaume 4.9

« Tu m’assures une paix profonde parce que je me confie en toi. » Ésaie 26.3

« Quand je traverses la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi. » Psaume 23. 4

« Celui qui demeure sous l’abri du Très-Haut, repose à l’ombre du Tout-Puissant. » Psaume 91.1

« Éternel! je cherche en toi mon refuge… Sois pour moi un rocher protecteur, une forteresse… » Psaume 31. 1-2

« O Dieu! écoute ma prière, Prête l’oreille aux paroles de ma bouche! » Psaume 54.2

Nouveau Testament  

« Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? » Romains 8.31

« Je ne vous laisserais pas orphelins, je viendrai à vous. » Jean 14.18

A compléter

Non classé

Ton appel

En tant que croyant, tu dois savoir que Dieu a un appel pour toi, c’est-à-dire un plan précis qu’il établit pour chacun de nous afin de le servir. Comment savoir ce que Dieu a prévu pour toi ? Ce plan sera-il à la hauteur de tes espérances ? Rappelle-toi : « Dieu peut faire infiniment au-delà de ce que nous pouvons demander et imaginer » (Éphésiens 3.20). Ce qui est certain, c’est que Dieu a mis des capacités uniques en toi, et il ne peut pas te décevoir; alors prépare-toi à être surpris ! 

« Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Éternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance. » Jérémie 29.11

« Ne pensez plus aux événements passés, Et ne considérez plus ce qui est ancien. Voici, je vais faire une chose nouvelle, sur le point d’arriver: Ne la connaîtrez-vous pas? Je mettrai un chemin dans le désert, Et des fleuves dans la solitude. » Ésaie 43. 18-19

« Que chacun de vous utilise pour le bien des autres le don particulier qu’il a reçu de Dieu. » 1 Pierre 4. 10

«Je t’instruirai et te montrerai  la voie que tu dois suivre.» Psaume 32.8

« Reconnais-le dans toutes tes voies et il aplanira tes sentiers ». Proverbes 3:6

Non classé

Le succès

La Bible nous partage une multitude de promesses. Parmi elles, Dieu nous promet le succès. Tu as certainement connu l’échec, mais ne te laisse pas décourager. Souvent, avant de gagner, il faut apprendre à perdre. Que tu sois confronté à un examen, un entretien d’embauche… Dieu récompense celui qui travaille dur. Fais-lui confiance, notre Dieu est bon ! 

« Je puis tout par celui qui me fortifie. » Philippiens 4.13 « Toute arme forgée contre vous sera sans effet. » Ésaïe 54.17
« C’est dans le calme et la confiance que sera votre force. » Ésaie 30 15
« Ne crains pas, crois seulement. » Marc 4.5
« L’Eternel, ton Dieu, te comblera de biens en faisant prospérer tout le travail de tes mains, le fruit de tes entrailles, le fruit de tes troupeaux et le fruit de ton sol; car l’Eternel prendra de nouveau plaisir à ton bonheur, comme il prenait plaisir à celui de tes pères. » Deutéronome 30 :9
« Et je leur fis cette réponse : Le Dieu des cieux nous donnera le succès. » Néhémie 2 :20

Attache-toi donc à Dieu et […] à tes résolutions répondra le succès, sur tes sentiers brillera la lumière. Job 22 v21-28

Sois encouragé(e)!

FOI

D’où vient ta joie?

joie.png

« D’où vient ta joie? »

C’est une question que je me suis posée assez souvent  ces dernières semaines, notamment après avoir fait face à des situations plutôt mouvementées et mettant ma résistance émotionnelle plusieurs fois à l’épreuve. La question, dans le titre, crois-moi, vaut largement le coup de la réflexion.

On peut tirer notre joie de tout et de rien. C’est vrai. Il y a tellement de choses chouettes qui nous entourent. Tellement de trucs dingues sur lesquels jeter notre dévolu. Des choses matérielles que nous possédons (la belle baraque qu’on vient d’acheter, les chaussures dernier cri, une nouvelle voiture…) Des circonstances qui sont les nôtres: un travail qui nous satisfait, des études prestigieuses, la quête du succès; mais aussi des activités qui font kiffer (les sports, les voyages, les loisirs). Notre joie peut aussi venir des personnes absolument géniales qui nous accompagnent dans la vie (une bande de potes complètement barrés mais toujours fidèles au poste, les membres d’une famille soudée, une compagne, un ami de longue date, un petit ami et que sais-je.) Ou d’un désir profond qui nous fait nous lever le matin (quête du succès, désir de fonder une famille ou d’être en couple, envie d’être admiré ou d’être accepté à 100%…)

Bref, par tous ces exemples, je veux montrer qu’on a tous, un réservoir de joie, qui se remplit en fonction de certaines modalités, et qui se vide selon d’autres paramètres.   Un jour, je me suis posée la question suivante: Si toutes les choses qui me donnent la joie venaient à disparaître, que me resterait-il, à la fin? Aïe. Ca pique. Ca mord. Ca m’a rendue chauve pendant quelques secondes.

A un certain stade, j’ai réalisé que toutes mes raisons d’être optimiste et joyeuse étaient liées à des personnes de mon entourage, à des circonstances positives et très valorisantes ou à des buts, des rêves ou des choses de mon quotidien auxquelles j’accordais une valeur toute particulière. Mais si tout cela disparaissait du jour au lendemain, que me resterait-il, au final ? Peu, très peu de choses, voire la poussière de mes espoirs, et les ruines de mes rêves. En gros, que dalle. A cet instant précis, j’ai compris que seule, par le moyen de mes propres efforts, je n’arriverai jamais à obtenir ce que je cherchais vraiment. Ce que je cherchais, à vrai dire, de façon désespérée. Sans oser l’avouer à personne, car cela signifiait mettre ma fierté surdimensionnée de côté.

Mais le constat pour moi était sans appel: je n’arrivais pas à gérer toute seule le chantier énorme qu’était ma vie. Je n’arrivais pas à trouver une joie qui dure. Parce que mes rêves pouvaient s’effondrer, mes buts rester impossibles à atteindre ou les personnes que j’aime me trahir ou me tourner leur dos pour x ou pour y. Il n’y avais aucune certitude sur laquelle me baser, juste des doutes sur lesquelles tanguer.

Je m’en sortais à peu près pour avoir le sourire quand tout allait bien, mais par contre, dès que la moindre petite contrariété pointait le bout de son nez, le tableau changeait radicalement. J’étais alors de mauvaise humeur, devenais inquiète, irritable, stressée, nerveuse. J’en avais marre. En lisant dans le dictionnaire la définition de la joie (« Émotion profonde et agréable, souvent courte et passagère. »), j’ai réalisé que ce n’est pas ce que je voulais: je ne voulais pas d’une émotion agréable, courte et passagère. Je voulais plus. Je voulais une joie qui dure dans le temps. Du long terme. Une joie plus grande que les circonstances et qui reste peu importe mes situations de vie. Une joie qui ne dépend pas des possessions matérielles ou des personnes de mon entourage. Une joie, qui, même si la terre venait à trembler, ou le monde à se fissurer, serait toujours là. Ce que je cherchais c’était la perfection. Une perfection humainement inatteignable. Un besoin profond d’infini, auquel seule une personne plus grande que l’humanité, saurait répondre. Cette personne, c’est Dieu.

Je sais, que ce que j’avance, est à l’opposé du discours qu’on entend actuellement dans la société. Depuis des siècles, les sociétés humaines ont décidé d’écarter Dieu, pour laisser aux hommes la possibilité de briller sous le feu des projecteurs. Tout ceci fait que ce n’est pas très tendance de parler du malheur humain, ni très en vogue d’évoquer Dieu. Mais, tanpis! Permets-moi de quand-même aller là où ça gratte: Les hommes ont comme essayé de « mettre Dieu dans un placard », prétendant qu’Il n’existe pas, prétendant qu’on n’a pas besoin de Lui, prétendant aussi que si il y a un responsable pour les malheurs du monde, c’est Dieu. (Juste un mot à ce sujet : Les hommes ne peuvent pas demander à Dieu de se retirer, afin de faire semblant de « gérer » la planète, pour ensuite se rendre compte de leur échec à « faire en sorte que ça roule », pour ensuite faire porter le chapeau du malheur humain à Dieu.)

Contredis-moi, s’il te plaît, si tu n’es pas d’accord: on vit dans une société en chaos, qui ne trouve plus de but, plus de directions à suivre, qui n’a plus d’espoir. Les gens sont désespérés dans leur fort intérieur et perdus car ils n’ont plus de sens vers lequel tourner leurs aspirations. Alors, certains sont en mode survie, leur existence se résumant à « métro, boulot, dodo » (il y a quelques temps, c’était moi). Face aux évènements graves et dramatiques qui arrivent dans le monde, les gens sont en colère (et font en sorte que celle-ci soit exprimée peut importe sa forme), résignés (en mode de-toute-façon-c’est-grillé-sur-terre),  je-m’en-fouttiste (je fais ce que je veux, comme je veux, tanpis pour les rageux), en mode –je-pense-qu’à-moi-au-revoir-merci, ou  encore non-mais-cherche-pas-c’est-la-faute-de-Dieu-puisse-t-il-exister

Cependant, je suis convaincue qu’au fond de chaque personne, il y a, comme au fond, de moi, ce besoin de plus. Comme dit précédemment, on essaie d’étouffer ce besoin si grand qu’il en devient vertigineux, par toutes sortes de choses, de personnes ou de circonstances chouettes, mais au final, tout peut bouger, évoluer, changer. C’est en faisant, le constat du besoin de perfection existant à l’intérieur de chacun que Blaise Pascal, philosophe et scientifique français, met exactement les pieds dans le plat, là où je compte mettre les miens: « Il y a dans le cœur de l’homme un vide en forme de Dieu que rien de ce qui a été créé ne peut remplir mais seulement le créateur qui s’est fait connaître par Jésus. »

De mon expérience, la réponse au vide dans le cœur humain, c’est Dieu. Seulement lui peut combler par son infinité, le manque infini de ceux qui cherchent, cherchent, se perdent, sans jamais trouver. Dieu est l’espoir pour un monde désespéré. Il apporte la Bonne Nouvelle pour des personnes qui encaissent et enchaînent les mauvaises nouvelles. La Bonne Nouvelle est la suivante: « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. » (Jean 3.16)

Dieu a créé l’homme et la femme dans l’abondance et la beauté les plus totales, en leur permettant de profiter de tout cela et d’en prendre soin. Cependant, Dieu a interdit une seule chose: manger le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Or, la femme mangea du fruit. Par sa désobéissance à Dieu, l’humanité s’est plongée dans le péché. Cela signifie que l’homme s’est détourné de Dieu, son attitude disant « non, je n’ai pas besoin de toi, je sais mieux faire ». Or, la loi dit que « le salaire du péché, c’est la mort » (Romains 6.23) Pourtant, malgré cela, l’amour de Dieu pour les hommes n’a pas diminué, au contraire, Il a, à nouveau tendu la main vers eux, en envoyant, son fils, Jésus-Christ, mourir à la croix, à la place de chaque être humain qui a péché. Cela veut dire, que l’innocent (Jésus)est mort pour celui qui méritait la mort.

Tout à l’heure, j’écrivais que j’avais ce besoin d’infini, ce désir de perfection au plus profond de moi. Oui, besoin d’une joie infinie et parfaite. Ma joie, je la trouve en Dieu et en Jésus-Christ, car je suis porteuse de la Bonne Nouvelle. On est toujours joyeux lorsqu’on apporte une bonne nouvelle aux gens. Cette Bonne Nouvelle, est plus grande que mes circonstances, elle est durable dans le temps, car RIEN ne pourra changer ce que Jésus a fait à la croix. Rien ne pourra effacer cet acte d’amour. « Ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. » (Romains 8.38-39)

La Bible explique que la joie que connaissent ceux qui croient Jésus: « Jésus, vous ne l’avez pas vu, et pourtant vous l’aimez. Vous ne le voyez pas maintenant, et pourtant vous croyez en lui. C’est pourquoi vous êtes remplis d’une très grande joie, une joie si grande qu’on ne peut même pas en parler. Cette joie, vous l’avez parce que vous êtes sauvés. Voilà la récompense que vous gagnez en croyant en Jésus. » (Première lettre de Pierre 1.8-9)

C’est pour cela, qu’aujourd’hui, j’écris haut et fort, que ma joie vient de Dieu et de ce que Jésus a fait pour moi à la croix. Je suis pardonnée de mon péché, me permettant de commencer une nouvelle vie, et de connaître une joie réelle, durable et profonde.

Et toi, d’où te viens la joie? 

Bénédictions 🙂

Christina

Non classé

#FascinationToilette

Oui, oui, tu as bien lu. Tu remarqueras bientôt que j’aime les titres peu conventionnels.

J’ai eu la chance de voyager un petit peu dans différents pays d’Europe ces derniers mois. Une personne normalement constituée photographie des paysages dignes d’une carte postale, remarque la majesté de monuments à couper le souffler, s’attarde rêveusement sur des places d’une beauté époustouflante. J’en passe et des meilleures. Moi, je photographie des WC. Et j’aime ca!

Ce contexte de voyage m’a permis de beaucoup me balader, d’observer minutieusement différents environnements se présentant à moi et de remarquer tout un tas de choses complètement intéressantes. Parmi ces choses carrément emballantes, j’ai développé une manie absolument délirante: photographier tout ce qui, de près ou de loin, attrait aux toilettes, et qui est, plus ou moins comique. Les clichés vraiment marrants sont rares, mais c’est un début, alors laisse-moi te partager…. mon top 2!

1. Prague, République Tchèque

Des toilettes Deluxe, ca rigole pas !

IMG_20190424_220619.png

2.Cracovie, Pologne

#BetterTogether

IMG_20190424_220638.png

En espèrant de tout cœur pouvoir te partager un #FascinationToilettes2

Éclate-toi! 🙌

Christina 

Non classé

S’il te plaît, émerveille-toi!

IMG_20190425_125706

Aujourd’hui, j’aimerais qu’on se centre sur l’essentiel : Dieu. La gloire de Dieu. En passant par la gloire de la création. Et oui, juste s’émerveiller devant la beauté des choses façonnées par Sa main.

1) L’acte de création est un acte d’amour
-Dieu nous a manifesté Sa bonté en nous offrant la domination sur tout le reste de la création.
« Dieu dit : Faisons les humains à notre image, selon notre ressemblance, pour qu’ils dominent sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre et sur toutes les bestioles qui fourmillent sur la terre. » Genèse 1.26

C’est à nous, les hommes, que Dieu a confié le soin de la nature. Pour en prendre soin, mais aussi pouvoir profiter de la bénédiction qu’on trouve dans l’abondance créative de Dieu.

-Dieu est le créateur de l’univers, l’auteur de toutes choses. Il a créé les humains : l’acte même de création témoigne déjà de Son amour pour nous. Ou alors, pourquoi le Dieu tout-puissant créerait-il des êtres à partir de poussière, en les modelant à Son image ? Si ce n’était pas pour le seul et unique motif de l’Amour ?

« Dieu créa les humains à son image : il les créa à l’image de Dieu ; homme et femme il les créa. »
Genèse 1:27

2) La diversité de la création
Prends un instant et songe à la création.
« As-tu déjà pensé à la diversité et à la créativité dont Dieu a fait preuve ? » Crazy Love, p.19
Voici quelques exemples :
« Pourquoi Dieu a-t-il créé plus de trois cent cinquante milliards de galaxies (au minimum!) que des générations entières d’hommes n’ont ni vues, ni imaginées ? » P.18

« …Dieu n’était pas obligé de créer des centaines d’espèces de bananes, mais il l’a fait. Ni de placer 3000 variétés d’arbres dans 1600 mètres carré de jungle amazonienne, mais il l’a fait. »
Je suis sûr que tu le savais; mais as-tu pris le temps de t’en émerveiller ? » Crazy Love, p.19

La question de Francis Chan m’a percuté un matin alors que je lisais son bouquin Crazy Love (un super ouvrage d’ailleurs dont je conseille fortement la lecture !)
As-tu vraiment pris le temps de t’en émerveiller ?
La question n’est pas de juste voir une belle montagne et de crier au monde entier « Wow! Quelle magnifique montagne! »C’est de pouvoir glorifier Celui qui a créé cette belle montagne, de pouvoir remercier l’auteur de toutes ces choses de nous permettre de prendre part à cette beauté.

3) La création est une invitation à Le louer

L’histoire de la création nous montre l’attitude à adopter : une attitude de louange
Cela nous permet donc de revenir à l’ordre originel des choses, rappelé dans Colossiens 1.16 :
« Car en lui, tout a été crée dans les cieux et sur la terre, ce qui est visible et ce qui est invisibles, trônes, souverainetés, principautés, pouvoirs. Tout a été créé par lui et pour lui. »
Tout a été créé par Dieu et pour Dieu!!
-« Quelles que ce soit les raisons de cette diversité, créativité et complexité de l’univers, de la terre, et de notre organisme, le but ultime consiste bien à glorifier Dieu.» P. 20
-Ainsi, la création est une invitation à la louange de notre Seigneur : « Tous les cieux proclament combien Dieu est glorieux. » Psaumes 19. 2

« Sentez et voyez combien l’Éternel est bon! » Psaumes 34. 8
Admirer l’œuvre de Dieu, reviens à l’admirer Lui. C’est rendre honneur au travail de Ses mains.
C’est en cultivant la reconnaissance et l’adoration dans notre vie, que notre foi grandit, mûrit et devient forte. Cela nous rapproche de Dieu, nous dispose à entendre Sa voix, nous offre une plus grande compréhension de qui Il est.
C’est lorsque tu loues, les bras grands ouverts, que tu es aussi prêt à recevoir ! 🙂

Alors lève-toi mon ami(e), saute hors de ton canapé, cours dehors et émerveille-toi. Oui.
S’il te plaît, émerveille-toi!

Bénédictions,

Christina