Non classé

Aaah-venir

Aujourd’hui, j’aimerais lancer un mot d’espoir à tous ceux qui ont la boule au ventre en pensant à l’avenir, à tous ceux qui ont le popotin entre deux chaises au sujet de leurs études, leur boulot, leur futur. Pour les sceptiques, les paniqués, les jaloux d’autrui, les flemmards… Cet article est pour vous! Alors, Jean-Fernand, allons-y!

Est-ce que toi aussi, tu as parfois cette fâcheuse tendance de comparer ta vie à celle des autres? Fais-tu aussi ce constat amer que la vie des autres semble être calibrée juste comme il faut, réglée parfaitement comme du papier à musique? Et que naturellement, le seul bouffon restant dans l’arène, auquel l’existence ressemble à un pur désastre ou un fiasco sans nom, c’est toi? Si tu te reconnais dans ces quelques phrases et qu’il y a ce sourire émanant malgré toi sur ton visage, mi- gêné d’être démasqué(e), mi- soulagé d’être compris(e), accroche-toi, on va discuter toi et moi!

À la minute où je te parle, je suis moi-même dans un bien drôle de bateau: je me suis peut-être plantée dans le choix de mes études. Naturellement je m’en rends compte trop tard car les dates de réinscription sont passées, et c’est la fiesta à bord! A certains moments, le naufrage semble assuré, puis parfois, l’horizon se fait soudain plus clément, et c’est en mode « oh pagaie, oh pagaie, on va bien y’arriver » Pour moi, c’est les études, pour toi, ça peut être cette frustration remise à chaque fois sous le tapis, en voyant combien les autres parviennent à superbement s’en sortir: Premier appart’ pour tes potos mais c’est qui le zigoto qui vit encore chez ses parents? (c’est moi!) La terre entière est en couple, mais le seul idiot qui est encore célibataire, c’est moi/toi! Le commun des mortels parvient à trouver sa voie professionnellement avec panache mais l’unique clampin (signifie « soldat retardataire, écloppé, traînard », ça me semble en plein dans le thème, quelle heureuse surprise!) qui parvient à se planter de route, c’est toi/moi!

Aujourd’hui, je veux te dire que tu n’es pas seul(e). Je vais être honnête avec toi: écrire cet article est aussi pour moi une thérapie anti-panique, d’où le ton de grande auto-dérision que tu peux remarquer, qui est pourtant salvateur, crois-le! Alors, déjà nous sommes deux dans le bain, c’est chouette non, tu viens de trouver un compagnon-de-galère (plus on est de fous, mieux on rit!) Un jour, un imbécile dans un dessin animé s’est écrié: « La bonne chose quand tu touches le fond, c’est que la seule chose qui te reste à faire, c’est de remonter à la surface:« . Cette phrase est d’une idiotie sans nom et pourtant elle est vraie. Histoire de faire une référence un peu plus glorieuse et sans doute un tantinet plus poétique, Oscar Wilde disait: « Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles » Cela permet de relativiser: il y a pire que s’être planté(e), que manger la terre car on s’est ramassé. C’est pas chouette, ça fait mal au séant c’est vrai. Mais Dieu va transformer ton K.O en un O.K.

Que faire pour cesser du broyer du noir? Faisons ensemble la liste des choses que nous devrions faire, mais que nous ne faisons pas (moi la première, oupsala!)

  1. C’est O.K d’être K.O!

Une des raisons pour lesquelles je n’osais pas m’avouer que mes études ne me plaisaient pas franchement comme je m’y attendais, c’est parce qu’il y avait cette pression sociale (exercée consciemment ou pas, par le monde qui nous entoure) de devoir réussir. Réussir du premier coup, faire un sans-faute, ne pas regarder en arrière, foncer pour gagner! Ca, c’est la mentalité de notre société. Bien trop souvent malheureusement, et pour preuve, je suis la première concernée, nous nous laissons rabaisser par cet idéal, simplement parce qu’on ne parvient pas à s’y conformer. Nous vivons dans une société du manichéen, du tout ou du rien, du noir ou du blanc. Sans milieu, sans entre-deux possible. Soit ta vie est un succès, soit elle est un échec. Aucune nuance! Jean-René, que nous soyons clairs c’est littéralement inhumain de se conformer à un standard que dégun peut atteindre! Je sais que tu ne l’entends pas souvent, mais c’est O.K d’être perdu(e). C’est O.K de se tromper, de ne pas savoir, d’hésiter, d’être découragé, de douter sur ton avenir. N’étouffe pas comme j’ai pu faire ces sentiments contradictoires. Reconnais-les, sans les laisser te submerger! Parfois, nous avons besoin de traverser un processus dans sa totalité avant de voir une issue. Il faut faire avec, sans rien lâcher. (A réaliser dans la pratique, c’est moins du gâteau, je confirme!)

Une autre infamie de notre société, c’est ce besoin de rapidité, tout faire en vitesse, en temps et en heures. Je sais que parfois une échéance pour x ou pour y, est une source de stress supplémentaire. Mais entre nous Jean-Mi (je me permets) ce n’est pas en faisant vite, qu’on fera bien! Toi, et moi, laissons-nous le temps de nous poser. Véritablement! Rien ne presse! A part ce besoin de se poser! Tu ne veux pas exploser en route, tout de même? Alors souffle, Jean-Germain, pète un bon coup, ça libère!!

Juste un dernier plaidoyer: être K.O ne signifie pas être faible! On vit avec cette pression de toujours devoir nous mettre sur notre trente-et-un, faire preuve de force, de caractère, de détermination, de constance dans nos choix. Traverser une phase de « désert », d’incertitudes, de questionnements, ne remet certainement pas en cause qui nous sommes, ou ce qui nous faisons. Se laisser la liberté de « recalculer l’itinéraire » c’est justement faire preuve de suffisamment de courage pour affronter un moment de vide!

2. Dieu va transformer ton K.O en O.K!!!

Un pasteur venu prêcher dans mon église dernièrement a dit une chose absolument énorme: nous devons de toute urgence voir notre vie de façon réaliste et visualiser Dieu au sein de cette vie! Visualiser Dieu en entier dans notre vie, c’est permettre à l’entièreté de Sa lumière de pénétrer dans notre existence, afin d’enlever tous les monticules sombres de doutes, de peur, d’incertitudes, d’hésitation! Le grand binz chez nous, c’est que nous nous consultons nous-même avant de consulter Dieu! La vérité, c’est qu’il ne peut y avoir qu’un seul capitaine sur notre bateau: Dieu ou nous. En plaisantant, j’écrivais au-dessus qu’il m’arrivait parfois de pagayer toute seule dans ma barque, en mode « oh pagaie, oh pagaie, on va bien y’arriver« . Cet exemple illustre bien comment tenter de régler les choses par notre propre force, peut mener notre vie à être perçue comme un désastre, un fiasco. Laissons Dieu être notre capitaine!!

Je nous lance un défi: recentrer toutes les pensées que nous accordons à la peur, à l’incertitude, sur Jésus-Christ!!! Il est écrit, à ce propos dans la Bible: « Que votre cœur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi. » Jean 14.1 C’est-à-dire de ne plus céder à la peur, mais de céder à l’amour parfait de Dieu pour nous!!

Cela passe par la prière, notre moyen direct de communication avec Dieu: « Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ. » Philippiens 4 6-7. Ainsi, en passant du temps dans la prière, nos craintes disparaissent. Nous voyons les choses différemment, Dieu peut nous offrir Sa sagesse et Son discernement, que nous pouvons demander en priant. Soyons encouragés en nous rappelant ce que Dieu: « Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Eternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance. » Jérémie 29.11

WOOW! Dieu nous offre un avenir!! Un futur qu’Il a préparé spécialement pour toi, uniquement pour toi!! Il te permet d’espérer, d’être dans la joie, de savoir que peut-importe ce que tu traverses « Que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. » Romains 8.28. Peut importe ce qui se passe, la finalité sera bonne pour toi, cela signifie que ça en vaudra la peine!

C’est pour cette raison merveilleuse que David s’écrie dans Psaumes 23.6: « Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront Tous les jours de ma vie… «  Nous avons une raison d’espérer, de croire, d’avoir de l’espérance! Car nous la trouvons en Dieu, la source de tout ce qui est! De plus, « le péché ne sera plus votre maître puisque vous n’êtes plus sous le régime de la Loi mais sous celui de la grâce. » Romains 6.14. Il introduit une notion merveilleuse, la grâce! La grâce, don de Dieu, qui nous entoure, nous couvre de notre péché, nous dit que nous n’avons pas besoin de faire, ni de montrer, ni de prouver, ni de performer mais que par notre seule foi en Jésus-Christ, nous sommes assez, nous sommes acceptés, nous sommes aimés! SOLA GRATIA!!! WOOOOOOOOW!!!!!!!!

Et n’oublions pas que rien n’est à propos de nous, tout est à propos de lui, car « C’est de lui, par lui, et pour lui que sont toutes choses. A lui la gloire dans tous les siècles! Amen! » Romains 11.36 Cela signifie donc que « Pour nous il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui sont toutes choses et par qui nous sommes. » 1 Corinthiens 8.6.

Notre existence entière est faite pour Le louer, le glorifier, lui rendre honneur. Veillons, moi la première, à lui faire sentir un parfum de bonne odeur par nos actions et nos attitudes. Tout est à propos de Lui. Quelle bénédiction de pouvoir le servir. Nos jours sont entre ses mains, notre avenir pour lui. Il nous a promis le meilleur, faisons lui confiance, honorons le en lui confiant la plus belle chose devant nous: notre avenir. Par cet acte, nous témoignons qu’Il est plus grand que nos problèmes et nos inquiétudes, que sa main souveraine prend soin de nous « A toi, Eternel, la grandeur, la force et la magnificence, l’éternité et la gloire, car tout ce qui est au ciel et sur la terre t’appartient; à toi, Eternel, le règne, car tu t’élèves souverainement au-dessus de tout!… » 1. Chroniques 29, 11-12

Ainsi, je veux t’encourager, et moi, par la même occasion, à Lui faire confiance. En finissant, j’aimerai te poser une dernière question, Jean-Mi, feras-tu aujourd’hui comme moi ce choix difficile mais tellement digne, de lui confier ton avenir plutôt que d’essayer de te rafistoler un futur à peu près luisant, en gaspillant ton temps en inquiétudes inutiles? Feras-tu le choix de t’attendre à Dieu, de Le laisser te surprendre de façons absolument inédites, inouïes et merveilleuses? Il a tellement de belles choses en réserve pour toi! Amen!

Pluie de bénédictions sur toi 🙂

Christina

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s