Non classé

I NEED TO STOP BEING A JUDGEMENTAL JERK!

Every one of us gets to see and meet a whole lot of people every single day. The first thing we do, eventhough we might not always be aware of it, is to check, scan, and evaluate the person we have in front of us. One day, I realised I was skipping the checking-scaning-evaluating process to immediately jump into another much nastier one : judgement. All of the sudden I realised how JUDGEMENTAL I had become and how UNFAIR and MEAN my « with-judgement-filled » thoughts could turn out to be, about someone I didn’t even know.

What the hen is JUDGEMENT?

Judgement has a very broad meaning. We have the knowledge filled judgement: « to form, give or have as an opinion, or to decide about something or someone, especially after thinking carefully« . This is the legitimate process that enables us to have an opinion, to distinguish between good and bad, right and wrong. We NEED that to be able to have a mind of our own, to be independant in our way of thinking, so this one is crucial! BUT, we also have the ignorance-filled judgement leading to condemnation (« this is only bad », « this can only be wrong »): « to express a bad opinion of someone’s behavior, often because you think you are better than them ».

Today, I want to understand what leads me (or us, if you feel honnest enough to admit it) to being such a judgmental jerk(s). What triggers it? What does it take to stop and clear up the mess?

  1. A REAL LIFE EXPERIENCE

To get started, I want to share an example of my own life, because I believe that authentic experiences can teach us more than stupid, common, useless sentences like « Don’t judge. » Because WE ALL KNOW it’s bad and unfair, right? It doesn’t not help us further, but makes us angry enough to punch in a ball! And it closes our ears rather than opening them. So…

A few weeks ago I had the opportunity to travel to a country I’ve never been before, set on another continent. The point of the journey was to meet up with other young adults of different countries to developp skills regarding work with multicultural teenaged groups. We were a group of 3 different nations and spent one week together. During the first days, we got to know each other better, to laugh and connect. On one afternoon, our task was to gather around as 3 « national groups » (all the French people together…) and to pick out in 10 minutes, 3 majors national heroes of each country represented in the bigger group (3 heroes of our country, and 3 heroes for the two other countries). Every « national group » had to do the same task.

After that, we gathered together as one big unity , and every small « national group » had to present the 3 national heroes they thought represented each country and the reasons why One group started, it was funny and innocent, then the second group arrived in front of us and shared their thoughts. At one moment they talked a country which is NOT their home and said that they « considered a terrible and famous dictator as one of the country’s greatest national heroes, because he was a great leader, defended his country and built it up again. »

My ears were bleeding. I was so sure I had misunderstood SOMETHING. It could simply not be possible that people with a sense of common decency could say such a thing, right? When it finally occured to me that they had actually ment every single word they had said, I was so so so FURIOUS and OUTRAGED I thought I was going to pull every single hair out my head (and John-Clarence knows how many they are!!)

At that moment, my mind shut down out of anger, as I began to be overclouded by judgemental thoughts, leaving aside all the amazing bonding moments we had shared together. A few minuts later, my team presented their thoughts on national heroes, and one in particuliar (about the people’s country who actually freaked me out) regarding a president who we viewed as a hero because he had granted the independance for his country. All of the sudden, this same group explained how shocked they were that we had chosen this president-guy as a hero because he has actually done terrible things.

At this stage, I remember telling myself: « okay, lady, BREATHE » (yes, I call myself « lady » sometimes because it’s funny and because no one else has my permission to do so)and THINK. »

Clap: end of the scene

2) BREATHE n’ THINK

Breathe and think. Realising that they were probably almost as much outraged by what my team had said, than what I was by what they had said, enabled my mind to open again. I asked myself the following questions:

-What was their intention? What education did they receive? What do they learn at school? How does their culture influence their way of thinking?

Then, I realised that they had ment no harm in their sayings, didn’t measure the impact of it, and that their opinion was most likely impacted by some cultural values and things I didn’t know about. I still strongly disagreed and was still completely shocked by it BUT I was no longer judgemental and closed but I wanted to try to understand what made them say that. I was ready to discuss, to share.

Last Christmas, I gave you my heart, not really…Last Christmas, I actually bought a brilliant T-shirt for my dad. It was written on it: « PARACHUTES ARE LIKE MINDS, THEY WORK BETTER WHEN THEY’RE OPEN. » I believe this to be very accurate. I think that I made A DECISION, whether to remain stuck in my anger and negative judgement, or to MAKE THE BEST OF IT and to talk in order to know and understand more. I believe it’s a choice I have to make in every single situation, and you probably too.

Because I chose to open my mind instead of judging (in the second part at least), I understood that the people that had actually freaked me out so much, had actually ment the dictator asbeing an important historical figure, and that the word « hero » in French was translated into « historical figure » in their own language. I realised how important communication was to clear a conflict, that turned out to be rather a heavily unfortunate misunderstanding. Eventhough, my strong disagreement remained regarding the way they had justified their choice. Howewer, we can chose TO RISE ABOVE.

At work, one day I met a woman who was very unfriendly. Angry, I immediately labeled her as an arrogant, self-centered, nasty, yes, let’s spill it out, bad person. Later on, a colleague told me that she had a very serious desease and that as a young mother she had lost many of her babies. Oh man! Did I feel bad! Circumstances do not always justify every one’s behavior but they can give so much insight in order to understand, and evaluate, rather than immediately closing the door!

3) WORK LIKE A PARACHUTE!!!

Again, a situation where I realised that my ignorance and lack of knowledge had taken hold of my better judgement. Because I often don’t keep my knowledge updated, so I end up being a high leveljerk. Now I try to BREATHE and THINK.

What is this person’s life story? What is her/his family background? What is her/his intention? What kind of education did she/he receive? What life situation is she/he currently facing? What’s in her/his past that might still influence her/his course of action? Why is she/he acting like that?

WHO AM I TO JUDGE? WHAT GIVES ME THE RIGHT TO DO SO? WHO DO I ACTUALLY THINK I AM? I’m responsible for my own bussiness, and I should only mind my own business, unless it’s my duty to mind or if someone asks me to get involved into theirs! It is so important for me to share these thoughts with you,when I realise how much I lack of mercy, grace, kindness and respect for the people around me.

We need to see DIVERSITY instead of DIFFERENCES ! Differences divid but diversity connects, bonds and unifies ! By judging without knowledge and information, I missed and miss out on people: because I get so focused with what is wrong or bad, I don’t see what’s beautiful, nice, unique and remarkable about this person. Moreover, I could miss out on additional moments filled with kindness, compassion, respect, truth, authenticity, friendship! And I missed and miss out on myself: Is this really who I want to be? No! I want to be full of knowledge,kindness, encouragement, mercy, grace, respect, love, for people I know and for those I don’t!

I want to lift people up, encourage them, see the strength, beauty, abilities in them! I want to be a wall-destroyer and a bridge-builder! It’s a DECISION! We’re certainly not perfect but we should be confident and bold enough to try! Again and again! To be wall-destroyers and bridge-builders! To work just like PARACHUTES! In being open!

WILL YOU BE BRAVE ENOUGH TO BE A PARACHUTE? I DARE YOU!

Non classé

God’s creativity

There are no possible boundaries to GOD’S CREATIVITY!!!! His sense of detail, the tenderness and care He puts in every feature, the wildness, the passion, the strength, the uniqueness, the beauty, the marvoulness of GOD’S CREATIVITY!!


So many colors we have not yet seen, so many landscapes, so many trees, flowers and birds!! So so so many wonders of God’s creativity!
God wants to share with us this wonderful, powerful, bold and strong creativity of His! God wants to fill this place through us with new colors, new ideas, new revelations, new details, new secrets of His master hands!!


Let’s be bold and expectant to ask God to fill US with His creativity to bring light to the darkness, hope to the places of despair, brightness to the void!!

Non classé

CÉLIBATAIRE ET PAS DÉSOLÉE !

Tu es célibataire. Oui. Tu n’as pas honte. C’est un fait qui te concerne, c’est vrai. Mais ce n’est certainement pas ce qui détermine la personne que tu es, la valeur que tu as, ni l’identité qui est la tienne, ou encore la personnalité qui t’appartient. Il faut cesser de toute urgence les complaintes empathiques, les violons qui grincent et les « courage, chaque pot a son couvercle », « t’inquiète, tu finiras bien par trouver chaussure à ton pied ». Il est temps d’arrêter l’étiquetage « célibataire et franchement à plaindre ». Versus le schéma tant convoité: « en couple, ouf, trop chanceuse ». Il est l’heure d’en finir avec le jugement dictant qu’une personne en couple a plus de valeur qu’une personne célibataire. Il est temps de sortir de la norme « ton statut relationnel définit qui tu es ». Bien avant d’être « l’ermite des relations amoureuses », ou « casable », tu es une femme, une amie, une sœur, une fille, une étudiante ou employée dans un super job, une personne haute en couleur avec son caractère. Bref, tu es toi! Et c’est formidable comme ça!!

1. TU N’ES PAS UN POT NI UN COUVERCLE, TU ES TOI!

Tu sais, Jean-Baudoin, bien trop souvent lorsque tu refais le monde avec des amis ou de la famille ou des connaissances, autour d’une tasse de café et de petits gâteaux, tôt ou tard, tu peux y mettre ta main à couper, on viendra te poser la fatidique question… (Roulement de tambours) « Et les amours ? », « Alors tu as ENFIN un copain ? » « Comment il va le célibat? » (Et la stupidité, elle va comment? Pardon, je n’ai pu me taire) C’est plutôt drôle, car souvent les personnes sont plus intéressées par ta vie amoureuse que toi-même, et sont beaucoup plus inquiètes pour ton avenir sentimental que toi. Du coup, permets-toi de dire avec bienveillance et respect, que tu n’es pas désolée d’être célibataire, que le célibat n’est pas une punition, ni une tare pour toi, et que tu n’as pas besoin d’être consolée. C’est une situation de vie, choisie ou non, qui ne nécessite pas de justifications ni d’explications. On peut bien ou mal le vivre, en mode-montagnes-russes peut-être ou fiesta-jusqu’au-bout-de-la-nuit, mais pourquoi accorder à cet aspect de la vie une place essentielle ?

Face à cette question, tu te retrouves toujours à répondre la même chose, avec humour: « Ma vie est un désert, et jusqu’à présent je n’ai que rencontré des cactus. » Et c’est O.K que ta vie soit un désert. Il n’y a pas besoin qu’on vienne te tapoter l’épaule, te tendre un mouchoir, ni d’être désolée. Car, tu n’es pas déterminée par le célibat. Ce n’est pas le célibat qui va donner un sens à ta vie, ou être la motivation pour te lever le matin! Tu es TOI, une femme à part entière, qui a des joies et des tristesses, des passions et des peurs, des forces et des faiblesses, des capacités extraordinaires et des dons inégalables. Tu n’es pas née pour rencontrer quelqu’un. Tu n’es pas née pour exister au-travers du regard d’un autre. Tu es plus que tout cela. Tu n’es pas une chaussure qui cherche à chausser son pied. Tu n’es pas un pot qui cherche son couvercle. Tu as une vie, ta vie, formidable, rocambolesque et banale à la fois, mais cette vie est la tienne et tu ne cherches pas quelqu’un qui t’en donnes une nouvelle. Tu es TOI, ton unique et formidable TOI, et c’est tout.

2. MAIS LE CÉLIBAT, C’EST LE FEU !

Au-delà même de voir le célibat comme quelque chose qu’on subit ou qu’on choisit, c’est quelque chose que l’on vit. Voici à mon sens, quelques raisons qui font du célibat une période (ou un style de vie) ouffissime de la vie, à vivre pleinement, sans regrets et sans concessions! Allez, on décolle Raymonde!

1. Tu es LIBRE: de faire ce que tu veux, d’aller où bon te semble, sans consulter qui que ce soit. Tu n’es redevable à personne, tu es libre comme l’air! Tu peux te soucier de ce que toi tu as envie de faire, là où toi tu veux aller. 0 compromis!

2. Tu n’as à GÉRER QUE TOI-MÊME: Tu ne croule pas sous les responsabilités: tu peux facilement être au clair avec toi-même, car la seule responsabilité que tu as (et souvent, c’est déjà énorme) c’est de prendre soin de toi-même. La seule personne que tu as à gérer: c’est toi-même, et les pépins de ta propre vie. C’est déjà beaucoup de boulot, je sais, mais pas de gosses à surveiller, pas de conjoint auquel on doit porter de l’attention…

3. Tu as du TEMPS: tellement de temps! A investir dans des relations qui en valent vraiment le coup, dans des projets qui t’animent, dans des activités qui te font du bien. Tu as tant de ressources, et voici le temps pour les donner généreusement et les développer ambitieusement !!

4. Tu peux APPRENDRE A CONNAITRE QUI TU ES: à découvrir des nouvelles facettes de ta personnalité, à considérer comment tu réagis dans des situations inédites, à tester tes capacités, à sortir de ta zone de confort et repousser tes limites plus loin. Affronter tes peurs, découvrir de nouvelles passions, faire émerger plus de forces, exploiter ton plein-potentiel!

5. Tu peux APPRENDRE A T’AIMER TEL(LE) QUE TU ES: comprendre que tu n’as pas besoin d’exister aux yeux de quelqu’un d’autre pour exister à tes propres yeux. Comprendre que ta valeur ne dépend pas de ce que qu’une personne extérieure va penser de toi, mais que ta valeur est définie par QUI tu es! Accepter les forces qui sont les tiennes, et ne pas nier tes faiblesses. Accepter qui tu es, et comprendre à quel point tu es unique, merveilleux/se, irremplaçable, formidable, créatif/ve, drôle,déterminé/e, persévérant/e, courageux/se parce que tu es toi, et que personne ne pourra l’être à ta place!!!! Comme le disait Oscar Wilde: « Soyez vous-mêmes car les autres sont déjà pris. » Alors sois toi et donne à l’univers cette couleur qu’uniquement toi tu peux lui donner!!!

6. Tu peux APPRENDRE A TRAVAILLER SUR TOI-MÊME: A force de supporter et surkiffer ta propre compagnie, au fur et à mesure que tu continues à te connaître de mieux en mieux, tu peux aussi commencer à travailler sur toi-même. Avoir l’honnêteté de reconnaître les points que tu aimerais changer, les petites choses un peu moins sympathiques dont tu aimerais bien te débarrasser, persévérer dans des contextes qui font flipper ta race, et tralala…

7. Tu as du TEMPS POUR FAIRE DE TA VIE UNE FÊTE CONTINUELLE: de faire des choses que tu n’oses pas faire, de tenter des trucs fous, d’être audacieux/se à plein pot, d’être complètement frappé(e) du cerveau à participer à des épisodes rocambolesques qui finiront dans les annales de ton cercle d’amis. De prendre le temps de danser sur les musiques qui te font chanter à tête-tue, de saisir le moment et de lire les milles et uns livres que tu veux bouquiner, de voir les milles et uns paysages que tu rêves de voir, de rire à profusion et de ne pas regretter le temps de ta jeunesse/ l’instant présent.

8. Tu peux PRENDRE SOIN DES AUTRES. Les autres points étaient plus axés sur le subjectif. Tu connais ce proverbe: « Pour aimer les autres, il faut d’abord s’aimer soi. » Une fois cette sorte de bataille contre toi-même vaincue qui a tendance a bouffer toute ton énergie, tu as enfin le temps de réellement prendre soin des autres, alors fonce! Va à la rencontre des autres authentiquement, généreusement, fun-nement!!! Il y a tellement de beauté dans les amitiés et l’altérité!

Je tiens juste à dire que toutes ces choses tu peux aussi les faire plus tard, mais pourquoi ne pas saisir le temps que tu as à portée de main actuellement et en faire le plein pour briller au lieu de plomber!? Profiter au-lieu de ressasser. T’éclater au-lieu de grogner. De plus, comme tu le vois, il y a largement de quoi faire, alors cesse immédiatement de te morfondre dans ton coin, debout, soldat! Lève la tête avec assurance et pars à l’assaut de ta vie!

Un petit aparté légèrement hors sujet, mais tout de même dedans: il est fort possible que ce que tu entreprendras durant le temps de ton célibat se répercuteras dans le temps de ta vie en couple! Tu connais cette règle basique des maths – et – égal à + ? Eh bien, que je crois que cela s’applique précisément aux relations! Le temps que tu auras « investi » et galéré, et bavé dans ton célibat à t’accepter, à t’aimer comme tu es, à travailler sur toi sera du temps que tu « gagneras » dans ta vie de couple. Tous les sacrifices que tu fais et les étapes que tu franchis durant ton temps seul(e) seras du bénéfice que tu récolteras et des pas d’avance que tu auras dans ta vie de couple!!

3. TON HISTOIRE D’AMOUR AVEC DIEU!

Marie-Prospérine! Je t’ai vu! Je sais que tu viens de redresser un sourcil en lisant le troisième titre, en te disant: « elle est complètement frappée celle-là« . Tu penses cela certainement à juste titre, mais permets-moi de t’expliquer brièvement. Après lecture, tu es libre de me jeter des fleurs ou des « oouuuuuuh »! Mais s’il te plaît, accroche-toi un tout petit peu, et on rediscute après si tu le souhaites!

Je crois que nous avons été créé par Dieu. Et que nous ne sommes pas le fruit d’un hasard géologique. Je crois que nous avons été créé par Dieu avec tellement d’attention, de soin, de minutie, du sens du détail, de tendresse, de créativité et de perfection, que toutes ces choses ne peuvent qu’être l’esquisse d’un acte d’amour, l’acte d’amour le plus entier, le plus total, le plus complet, le plus global, le plus radical, le plus pur, le plus authentique qui soit. C’est l’acte d’amour d’un Dieu, majestueux, puissant, glorieux; l’incarnation et la personnification mêmes de l’amour en la personne unique de Dieu. Un acte d’amour consistant à faire de l’oeuvre de création, une oeuvre à l’image de Dieu: « Dieu dit: Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance… » Genèse 1.26 C’est absolument incroyable de considérer que l’acte divin de création est un acte d’amour au sens le plus brut du terme.

Je fais référence à une histoire d’amour avec Dieu, car Dieu le premier nous a aimé entièrement, totalement, complètement, globalement, radicalement, purement, authentiquement. Un verset en anglais permet de mettre les pieds dans l’intensité et la puissance de l’amour de Dieu pour nous: « Mostly what God does is love you…Observe how Christ loved us. His love was not cautious but extravagant. He didn’t love in order to get something from us but to give everything of himself to us. » Ephesians 5.2

Si je me permets de traduire, Ernestine, « Ce que Dieu fait, c’est t’aimer. Observe comment Christ nous a aimés. Son amour n’était pas précautionneux mais extravagant ». Selon le bon dico, extravagant signifie « qui sort des limites du bons sens », « déraisonnable »! Et là, c’est le jackpooot Micheel! Exactement! Nous touchons du doigt là où je veux en venir: l’amour de Dieu dépasse le bon-sens (qui est entièrement humain), l’amour de Dieu dépasse la raison (qui est humaine!!) Avec nos standards humains, nous ne pouvons que commencer à entrevoir l’amour de Dieu pour nous!!!

« …Comprendre… combien l’amour du Christ est large, long, élevé et profond. Oui, vous serez à même de connaître cet amour qui surpasse tout ce qu’on peut en connaître, et vous serez ainsi remplis de toute la plénitude de Dieu. »Éphésiens 3.18-19

La largeur, la longueur, la hauteur, la profondeur de l’amour de Dieu. Ça nous dépasse! Son amour est tellement grand que l’on ne peut pas le comprendre!! La manifestation radicale de l’amour de Dieu pour nous est la venue et la mort de son fils unique, Jésus, venue pour racheter les hommes, suite à la chute des hommes dans le péché, au moment où ils ont décidés qu’ils n’avaient plus besoin de Dieu. L’acte ultime de l’amour de Dieu pour l’humanité est la mort de Jésus pour nos péchés (toutes nos erreurs), alors qu’il était innocent, comme écrit dans Jean 3.16 : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. » Jean 3.16

Eh oui, Ursule. Face à cette expression radicale de l’amour de Dieu pour nous, quelle sera notre réponse? Nous pouvons prétendre que tout cela est « trop beau pour être vrai », juste parce que cela dépasse notre définition du sens, ne signifie pas que nous pouvons indéfiniment l’ignorer. Mais chacun est libre. Tu peux ignorer ce message d’amour. Ou au contraire, tu peux répondre à cet amour merveilleux de Dieu, en considérant que ta relation avec Dieu est une relation d’amour, une histoire d’amour: « Pour nous, nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier. » 1. Jean 4. 19 Incroyablement, incompréhensiblement, Dieu nous aime! Et cet amour divin nous permet d’y répondre réciproquement, en aimant Dieu en retour! C’est pourquoi, tu peux faire de ta vie une réponse à l’amour dont Il te submerge à chaque seconde. Cette réponse à l’amour de Dieu peut être la neuvième raison pour quoi le célibat, c’est le feu:

9. Tu PEUX APPRENDRE A METTRE DIEU EN PREMIÈRE PLACE DANS TA VIE. A VIVRE LA PLUS BELLE HISTOIRE D’AMOUR QUI EXISTE. CELLE ENTRE TOI ET DIEU. Que rien ne personne ne peut détruire, que rien ni personne ne peut remplacer. Tu peux faire ce choix si radical de laisser à Dieu le contrôle de ta vie, de plonger bras grand ouverts dans son amour, tout en sachant absolument que cela en vaut tellement le coup!

EN SOMME… (ouais, ça fait classe)

Voilà, Georgette. On y arrive. A la fin de l’article. A la conclusion. (Une petite parenthèse pour tous les Charles-Edmond, cet article a été rédigé au féminin, mais rien n’empêche que tu te sentes concerné :))

Eh oui, Marie-Epiphanie, c’est vrai. Ainsi, nous n’avons aucune raison d’être désolée de notre célibat. Ce dernier ne nous définie pas, nous sommes tellement PLUS! De PLUS, nous avons tellement PLUS à vivre dans la période du célibat, tellement de choses à vivre, à faire, à rêver, à découvrir! C’est un temps unique, nécessaire, précieux, puissant, constructeur! Nous allons nous en saisir les bras grands ouverts, par la grâce de Dieu! Tout en sachant que si tu le souhaites, la porte vers la PLUS grande histoire d’amour de tous les temps nous est grande ouverte! Avec Dieu il y a PLUS! PLUS, PLUS, PLUS, +++++++++++++ !!!!!

Reste béni(e)! Christina!

Non classé

God doesn’t want the « perfect believer » , He wants YOU!

« Oh God. I’m a mess. Such a terrible M.E.S.S. I’m not worthy to serve you. I’m not enough for the plan you have prepared for my life. I can’t, Lord. You can’t ask that of me, it’s too much. Why me, Lord, of all people? Why did you choose me? I’m not enough. II’m too much of a sinner to be called your child. I’m a living failure. I’m not worthy. I’m stuck so deep in my darkness that it’s mathematically impossible for me to get out of it. You have a funny sense of humor, Lord, saying that I’m the light of the world. It’s not possible. No… Please.. Couldn’t you choose someone else? Someone better, stronger, than me? A braver, kinder person? Anyone BUT me?  » That was me one day, crying out to my Heavenly Father. When God softly answered: « I love you, no matter what. ALL I WANT IS YOU. You are enough because in me you are enough. You are the light of the world because I say you are and through me, you are called to shine. I don’t want you to be perfect. ALL I WANT IS YOU. »

  1. FAITH IS NOT A TO-DO LIST!

As a young Christian, I used to think that I had to do things to earn God’s love. Obviously that was, is and will never be possible. This resulted into thoughts like « I’m not worthy », « I’m not enough ». Which is true when we look at man’s sinful nature, but no longer when we consider the real nature God has given us as His children. Because we have received a new Spirit: « The Spirit you received does not make you slaves, so that you live in fear again; rather, the Spirit you received brought about your adoption to sonship.[a] And by him we cry, “Abba,[b] Father.” Romans 8.15

« Therefore, if anyone is in Christ, the new creation has come: The old has gone, the new is here! » 2. Corinthians 5.17.This means that God has prepared a new life here for us and the only thing he is waiting is for us to actually go for it! For we are no longer defined by what we DO, but are fully justified and defined by WHO we have are and have become: « Now you are no longer a slave but God’s own child. And since you are his child, God has made you his heir. » Galatians 5.7

There isn’t a perfect Christian, because there are imperfect humans alone and one and only perfect God. During the time of Jesus’ ministry, the Pharisees, religious people, studying and teaching the law, living under the law rather than under grace, completely missed the point by thinking obedience to the law would open them the gates of Heaven. There were sticking to-do lists and no-to-do-lists, thinking they could somehow earn God’s mercy and kindness. That separated them even more from God than what they could imagine. They were believing more in their own strengths than in God’s power. The truth is : We cannot earn God’s love, and many people lose a lifetime afer chasing perfection and fake holiness in order to please God, ending up like the Pharisees, sining which litterealy means missing the point. There are sorrowly mistaken, thinking God is the God of the Law, rather than the God of love.

We need to stop performing. Because ultimately, when we do perform, we somehow expect God to give us the praise and adoration for our actions that He actually deserves, completely twisting around the order God created at the beginning of all things! Sin twists that around and we need to run far, far away from it!! But the good news is, sin doesn’t have the last word! Only Jesus has!

Sin makes us believe that our actions say WHO we are. Thinking it becomes our identity. We need to break the lie of the enemy saying we are beyond saving, that our sin is bigger than God’s forgiveness. God’s victory over sin is greater than our failures and mistakes. God’s forgiveness and love is deeper and wider than the trap we find ourselves in. We need to stop running away from grace to run towards grace.

2. FAITH IS A LOVE STORY BETWEEN YOU AND GOD

We need to understand that EVERYTHING comes from God, including the amazing gifts of faith, grace, forgiviness, meaning that « We love Him, because he first loved us. » 1.Jean 4.19. God reached for us first. He deserves the praise and the adoration! And He alone! Let grace tell us who we are: the beloved children of God, wanting to become every day more like Jesus. We should obey God. Not because we need to DO, because we WANT TO. We should choose obedience because of our love for Him. Sincere love and faith leading to sincere obedience. Even for loving and obeying Him, there is grace for us on our faith journey. Jesus said: « Loving me will empowers you to obey my word. » John 14.23. Powerful! Right?

Our identity is in Christ, is found in the freedom He has given us. « For you were called to freedom, brothers. Only do not use your freedom as an opportunity for the flesh, but through love serve one another. » Galatians 5.13 This is our God-given purpose, to serve the Lord in loving and serving others, as we will always be « Looking unto Jesus the author and finisher of our faith; who for the joy that was set before him endured the cross, despising the shame, and is set down at the right hand of the throne of God. » Hebrews 12.2

3. THE « FLAW-SOME YOU « , GOD WANTS!

Hey, you. The first thing God created you to be is unique. God is an artist and he shaped you and your character « wonderfully ». You are a masterpiece, God’s « worksmanship », litteraly coming from the Greek word « poiema », our current English word for « poem ». Wow! You are God’s poetry, how amazing is that? God designed you to be unique. He wants you to be YOU!

Yet, sadly sin separated us from God. And we fell under the rule of sin, being unable to please God. But this isn’t what God created us to be! He had and has more in stock! He sent Jesus for us, dying on a wooden cross, breaking therefore the rule of sin to call us to come under his grace! On our own we are unworthy, not enough and we can’t manage. We are weak and unqualified, let’s not pretend. But this is not who God called us to be!

God wants to turn the mess of your life into a glorious landscape! He wants to transform this stubbordness of yours into an unshakable determination for His kingdom, your over-sensitivity into a fierce heart of compassion beating for others, your need to be picky into a standard of excellence, your short-fused temper for a deep sense of justice, your intensity for an inspiring passion for Jesus! He wants you and your flaws to transform them into something flaw-some, turn your flaws into something awesome! There are things that God only wants to do through YOU, He wants to partner with you to impact with love and boldness the life of others around you, using your personnality, all the things that makes you YOU, your abilities and strengths in a unique and perfect way!

With a lot of grace, love, and respect, I want to tell us. And myself inclued. To stop comparing the masterpiece we are with others! Stop being shallow about our faith. Stop trying to upgrade our fake holiness! Stop pretending. Stop being self-centered. We need to be honest. Be real. Be authentic. And we need to start praying! Let Him bring us to be God-focused. And let’s confess together :

« Lord, here I come, once again. Please, forgive me for having thought what I do is more important than who You say I am. Thank you for being the perfection I could never be. Thank you for giving me Your Son Jesus as Savior and model of faith. Thank you because I don’t need to do nor to perform, Your love is enough! Please, let your love and grace define me and become my utmost priority. Please turn my heart into a heart of worship. I want to sing Your praise and to serve you with my life. I want to be the person You’ve created me to be. Please do that in my life. Thank you Lord, for all that You have done and will do. May Your name be praised and Your will be done! In Jesus name I pray, amen. »


Stay blessed, Christina ❤

Non classé

UNE FOI QUI JETTE PAR TERRE

Ce matin, en étudiant la Bible, c’est en croisant les passages des Évangiles de Matthieu et de Luc, au chapitre 1, que j’ai été immensément touchée par l’attitude d’obéissance de Joseph et de Marie, parents de Jésus, lorsque Dieu a manifesté Son plan pour leurs vies. Leurs réponses profondément ancrées dans la foi, m’ont littéralement jeté par terre. D’où le titre de cet article. La naissance de Jésus est une histoire que j’ai lu des centaines de fois. Et pourtant, Dieu peut nous révéler une infinité de facettes différentes d’un même passage biblique, pour nous permettre de mieux comprendre qui Il est. Nous devons simplement en faire notre prière et Dieu répond. Il m’a répondu aujourd’hui.

1. L’EXEMPLE D’UNE FOI QUI JETTE PAR TERRE

Penchons nous sur le passage qui relate l’apparition de l’ange Gabriel auprès de Marie (Luc 1.30-35) : « L’ange lui dit: Ne crains point, Marie; car tu as trouvé grâce devant Dieu. 31Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. 32Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. 33Il règnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n’aura point de fin. 34Marie dit à l’ange: Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d’homme? 35L’ange lui répondit: Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu. »

Incroyable, la nouvelle que l’ange annonce à Marie ! Quelques éléments de contexte permettent de mieux comprendre les enjeux cruciaux du passage. Marie était fiancée à Joseph, un charpentier issue de la lignée de David. Les fiançailles représentaient un engagement très fort, notamment sur le plan social. Or, la grossesse de Marie pendant cette période-là, constituait une preuve irréfutable d’infidélité, pouvant avoir des conséquences fatales. En effet, à cette époque-là, les femmes reconnues comme coupables d’adultère étaient lapidées sur la place publique. Si elles échappaient à la mort, ces femmes étaient rejetées par leur famille et devaient mendier voire même se prostituer pour survivre, tout en subissant la stigmatisation perpétuelle de leurs contemporains. Ce sort terrible aurait pu devenir celui de Marie, si Joseph l’avait rejeté. Et elle le savait. De plus, reconnaître publiquement qu’elle était tombée enceinte de façon surnaturelle l’exposait encore davantage au rejet et aux moqueries des autres.

C’est là que se trouve l’incroyable ! C’est en connaissant les risques, en ayant conscience des souffrances potentielles, des humiliations et des difficultés à venir que Marie a fait un CHOIX. Elle a fait le choix de croire. Le choix de l’obéissance. Le choix de servir. Une décision radicale, changeant sa vie à jamais, qu’elle exprime avec une simplicité et une humilité déboussolantes et merveilleuses, au verset 38 (Luc 1), en répondant à l’ange : « Je suis la servante du Seigneur. Que ta parole s’accomplisse pour moi ! » Sa réponse signifiait qu’elle était prête à sacrifier sa vie entière pour la consacrer au plan que Dieu avait préparé pour elle. Un plan divin unique, absolument incroyable et merveilleux! Donner la vie au Sauveur de l’humanité, dans des circonstances surnaturelles, humainement incompréhensibles!

2. TA VIE A UN IMPACT !

Maintenant, posons notre arrière-train sur une chaise, et réfléchissons une demie-seconde. Marie avait un choix à faire. Un choix, cela implique la liberté (une liberté que Dieu nous a généreusement accordé, en nous créant comme des êtres libres), c’est-à-dire avoir la possibilité d’accepter ou de refuser, de suivre ou de s’enfuir. Prends ta respiration. Alors, que se serait-il passé si Marie avait choisi la peur ou la désobéissance ? L’histoire de l’humanité entière en aurait été radicalement bouleversée! Alors pourquoi est-ce que nous sous-estimons autant le choix que nous à faire pour notre propre vie? Pourquoi sous-estimer l’impact que notre vie va avoir dans celles des autres? Dieu a préparé un plan unique pour chacune de nos vies, pour laisser une empreinte divine unique autour de nous. Par ta personnalité, tes expériences, tes forces, Dieu t’as placé dans un endroit unique afin que tu sois un « ambassadeur pour Christ »(2 Corinthiens 5.20) unique! Il y a des choses que Dieu veut faire uniquement au-travers de toi. Alors, il est évident que la réponse que tu donneras à Dieu va immensément influencer le cours de ta vie!

Regarde. Dieu a permis tant de fois dans la Bible aux personnes qu’on pensait les moins qualifiées, les moins adéquates, les moins capables et les plus improbables d’accomplir de grandes choses conformément à Sa volonté! Pourquoi avoir oint David, le plus jeune, le moins expérimenté et le moins considéré des fils de Jessé, pour devenir roi d’Israël? Pourquoi avoir rendue « celle que l’on appelait la stérile » (Luc 1.36), Élisabeth, enceinte du futur Jean-Baptiste, l’homme qui annoncera la venue du Messie Jésus et le baptisera d’eau ? Pourquoi avoir permis à une jeune femme vierge comme il y en avait tant d’autres, de donner la vie au Sauveur du monde? Pourquoi Dieu a choisi l’homme effrayé et incertain appelé Moïse, qui répondit au Seigneur, manifesté devant lui sous la forme d’un buisson ardent: « Qui suis-je, moi, pour aller trouver le pharaon et pour faire sortir les Israélites d’Égypte? » (Exode 3. 11)

3. RIEN N’ARRÊTE(RA) LA BONTÉ ET LA VOLONTÉ DE DIEU DE SE MANIFESTER !

La lignée de Jésus est un parfait exemple pour montrer la bonté, la miséricorde (le fait de ne pas recevoir ce qu’on mérite) et la grâce (la faveur divine imméritée) de Dieu pour les hommes. L’ultime preuve que « rien ne peut nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus Christ notre Seigneur » (Romains 8.39), car aucun péché (parmi les nombreux) commis des ancêtres de Jésus, n’était trop grand pour contrecarrer le plan de Dieu, s’accomplissant au-travers de leurs vies, permettant à la vie de Jésus d’exister, au sens génétique du terme . Il y avait des personnes de foi. Comme Ruth, dont la loyauté envers sa belle-mère Naomi (« Mais Ruth répondit : Où tu iras, j’irai, où tu demeureras je demeurerai ; ton peuple sera mon peuple, et ton Dieu sera mon Dieu. » Ruth 1.16 ) l’inscrira à jamais dans la lignée de Jésus, pour devenir la grand-mère de David, ancêtre de Jésus. Ou encore comme Abraham,à qui Dieu avait promis un fils alors qu’il n’était plus en âge de devenir père qui « ne douta point, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu; mais il fut fortifié par la foi, donnant gloire à Dieu, et ayant la pleine conviction que ce qu’il promet il peut aussi l’accomplir. » (Romains 4.20-21).

Les voies de Dieu sont insondables ! Il a aussi permis à des personnes de mauvaise réputation d’accomplir sa volonté, comme Rahab, qui étaient une prostituée, qui enfantera d’un fils, qui deviendra l’époux de Ruth : « C’est par la foi que Rahab la prostituée ne périt pas avec les rebelles, parce qu’elle avait reçu les espions avec bienveillance. » (Hébreux 11.31). Des personnes ayant commis des péchés terribles, figurent également dans la lignée de Jésus, comme le roi de Juda, Manassé qui « fit ce qui est mal aux yeux de l’Éternel en imitant les pratiques abominables des nations que l’Éternel avait dépossédées devant les Israélites. » (2 Rois 21.2), se rendant coupable d’idolâtrie, d’occultisme, de divination…

Il n’y a aucune vie qui soit trop entachée par le péché, pour que Dieu ne vienne sauver et pardonner. Il n’y a aucun chaos que Dieu ne puisse restaurer. Aucun fossé qui ne soit trop profond, aucun ténèbre qui ne soit trop sombre ! Même des situations extrêmes et mauvaises, Dieu a pu en faire des choses pour Sa gloire. Rien n’est impossible à Lui !

4. TU AS LE CHOIX !

Dieu n’a pas besoin de nous. C’est nous, qui avons désespérément besoin de Lui ! Cependant, Dieu fait le choix incroyable et incompréhensible pour nous, motivé par l’amour seul, d’entrer en relation avec nous, alors que nous ne le méritons pas. Dieu, dans sa grandeur et sa bonté insaisissables, fait le choix de créer une alliance avec nous : non seulement, Il nous aime tellement profondément qu’Il est prêt à nous appeler Ses enfants et à pardonner toutes nos iniquités ! Et Il nous inclus dans l’accomplissement de Sa volonté , en préparant un plan merveilleux et incroyable pour notre vie ! C’est insensé ! Et pourtant, c’est vrai !! La question est : vas-tu être spectateur ou acteur de la volonté de Dieu ?

Pendant de nombreuses années, ma foi était tiède, et ne représentait qu’un engagement intéressé de ma part. Je suivais et j’écoutais. Quand c’était pratique. Quand c’était arrangeant. Quand c’était confortable. Dès que je sortais de ma zone de confort, je démissionnais. Puis, un jour l’absurdité de ma réponse m’a sauté aux yeux, et j’en ai eu marre, ras-le-bol de cette vie de demie-mesure, marre de faire semblant, marre de faire les choses à moitié. J’avais besoin de plus. Que ma vie trouve pleinement son sens. Et je savais que ce plus, c’était Dieu, et Dieu seul qui pouvait me le donner. Ce jour-là, Dieu a changé quelque chose en moi Je lui dit que j’étais prête et dans sa grâce, il m’a transformée. Un feu pour Lui est venu et ne m’a plus quitté. Mais, je suis tellement imparfaite. Je tombe, je chute et je retombe. Mais mes priorités ont changé, la direction vers laquelle je porte mon regard a changé. Et je prie chaque jour, pour que mes yeux continuent de se tourner vers Lui, et vers Lui seul.

Il n’est pas trop tard pour donner le feu vert à Dieu pour transformer ta vie ! Ma prière est que chaque matin, nous puissions nous jeter par terre devant Dieu, lui demander que par Sa grâce, nous soyons rendus capables de laisser tout derrière nous pour le suivre lui, lui seul. Toi, aussi, feras-tu des mots de Marie ta prière ?

« Je suis la/le servant(e) du Seigneur. Que ta parole s’accomplisse pour moi ! »

Non classé

WHY ON EARTH AM I A THIRD CULTURE KID ?? (2/3)

2. THE STRUGGLE CAN BE SO REAL!

So, we just overlooked the obvious coolness of the funny-strange-unique-beautiful-european-family-mess I’m in. But one truth about being a TCK I’ve been facing a lot, (and that many people don’t understand) is the following: You either have to embrace it or fight against it! OWN IT OR QUIT! I believe that TCK’s have to face challenges that they’ll need to figure out without the support of a human shoulder. I believe in another help, but we’ll come to that later. Basically, there are challenges that only TCK’s are dealing with. For example, the world’s your home. It’s amaazing. I have 3 different home countries. And I love everyone of them dearly, for various reasons. But there isn’t one single of my 3 countries where I fully and completely feel at home. I belong everywhere and nowhere at the same time.

Wether I’ll be in Germany, France or England, there will always a thing, a person or a moment that will remember my « specialness » and make me feel different, sooner or later. People mostly don’t realise. And I don’t hold that against them. But I feel different. Because I have an accent or I don’t understand what some guy said, or I used a word that isn’t accurate… Different because I don’t have the same cultural references, as the French/German/ Brits.. (« What you don’t know that movie/song?! » What’s wrong with you?) I must admit it’s hard to measure up. So different Sometimes, I could feel excluded. So excluded that I would feel homeless.

A few years ago, I decided to move to Germany for twelve months. It was one of my childhood dreams: the beautiful Germany of my holidays, the nice people, the good food, the language I love (Yeah, I guess I’m the only Frenchy that actually looves German, and I’m the only German that thinks French-is-a–rather-nice-language-but-let’s-not-over-do-it) I sincerely expected my German dudes to welcome me with open arms, I expected to find in Germany the home I felt like I never had to 100% in France. Well. How can I put it? It was an utter fail. I felt like a stranger in a country I thought was mine, but that didn’t feel like home for many months. Eventually, with time, I adjusted. But it was tough. Tougher, than I had expected. At that moment, the struggle was definetely real!

Every one of us needs a place that we can call our home, without even thinking. Every human being has such a deep longing for a home, for a safe haven, a place where we can truly be our authentic selves. A place where, no matter what, we know for sure that we will always belong to. I want to be honest with you. It’s an encounter that changed my life forever. An encouter that gave me a definite home. A far bigger, far higher home, than geographical borders, national identities, people’s opinions or personal emotions. A home that I will always call the same, no matter what I feel or what happens. A safe haven, like no other…